Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie Empty Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    Message par seringatomik le Dim 14 Déc 2014 - 7:50

    Décrets, arrêtés, circulaires
    TEXTES GÉNÉRAUX
    MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ
    ET DES DROITS DES FEMMES
    Arrêté du 12 décembre 2014 relatif aux dispenses d’enseignement susceptibles d’être accordées
    en vue de la préparation au diplôme permettant d’user du titre d’ostéopathe

    NOR : AFSH1426479A
    La ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et la ministre des affaires
    sociales, de la santé et des droits des femmes,
    Vu le code de la santé publique ;
    Vu la loi no 2002-303 du 4 mars 2002 modifiée relative aux droits des malades et à la qualité du système de
    santé, notamment son article 75 ;
    Vu le décret no 2007-435 du 25 mars 2007 modifié relatif aux actes et aux conditions d’exercice de
    l’ostéopathie ;
    Vu le décret no 2007-437 du 25 mars 2007 modifié relatif à la formation des ostéopathes ;
    Vu le décret no 2014-1043 du 12 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en
    ostéopathie ;
    Vu le décret no 2014-1505 du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie ;
    Vu l’arrêté du 25 mars 2007 modifié relatif à la formation en ostéopathie ;
    Vu l’arrêté du 29 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en ostéopathie ;
    Vu l’arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie ;
    Vu l’avis de la Haute Autorité de santé en date du 12 novembre 2014 ;
    Vu l’avis du Haut Conseil des professions paramédicales en date du 19 novembre 2014,
    Arrêtent :
    Art. 1er. – Des dispenses de suivi et de validation d’une partie des unités d’enseignement de la formation en
    ostéopathie définie dans l’arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie sont accordées de droit
    aux personnes titulaires d’un diplôme d’Etat de docteur en médecine, de sage-femme, de masseur-kinésithérapeute,
    de pédicure-podologue et d’infirmier ainsi qu’aux personnes ayant validé une première année scientifique dans le
    domaine de la biologie ou de la médecine ou le premier cycle des études médicales dans les conditions prévues aux
    articles 4 à 10.
    D’autres dispenses d’enseignements théoriques peuvent être accordées par le directeur de l’établissement de
    formation en ostéopathie, en fonction de la formation suivie antérieurement et de leur expérience professionnelle.
    Les candidats pouvant prétendre à des dispenses à plusieurs titres bénéficient de la dispense la plus favorable
    pour chaque unité d’enseignement.
    Art. 2. – Des dispenses de suivi et de validation d’une partie des unités d’enseignement de la formation en
    ostéopathie définies dans l’arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie sont accordées aux
    personnes titulaires du titre de chiropracteur dans les conditions prévues à l’article 11.
    Art. 3. – Le directeur de l’établissement de formation en ostéopathie, après avis du conseil pédagogique, peut
    dispenser de certaines unités d’enseignement théoriques les autres professionnels de santé titulaires des diplômes
    mentionnés aux livres I
    er et II et aux titres I
    er à VII du livre III de la quatrième partie du code de la santé publique
    ainsi que les titulaires d’un diplôme au minimum de licence ou octroyant le grade de licence.
    Ces dispenses sont accordées après comparaison entre la formation suivie et les unités d’enseignement
    composant le programme du diplôme permettant d’user du titre d’ostéopathe.
    Art. 4. – Les personnes ayant obtenu la moyenne à l’issue d’une première année scientifique dans le domaine
    de la biologie ou de la médecine sont dispensées des enseignements validés durant cette première année parmi les
    enseignements suivants :
    – enseignements du domaine 1 : biologie cellulaire, biologie moléculaire, biochimie ; histologie, embryologie,
    génétique ; anatomie et physiologie générale ainsi que des 60 heures d’enseignements relatifs à la
    biophysique ;
    14 décembre 2014 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 30 sur 79


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    infirmiermasqué

    Messages : 1896
    Date d'inscription : 18/07/2010

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie Empty Re: Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    Message par infirmiermasqué le Dim 14 Déc 2014 - 16:03

    Art. 1er. – Des dispenses de suivi et de validation d’une partie des unités d’enseignement de la formation en
    ostéopathie définie dans l’arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie sont accordées de droit
    aux personnes titulaires d’un diplôme d’Etat de docteur en médecine, de sage-femme, de masseur-kinésithérapeute,
    de pédicure-podologue et d’infirmier ainsi qu’aux personnes ayant validé une première année scientifique dans le
    domaine de la biologie ou de la médecine ou le premier cycle des études médicales dans les conditions prévues aux
    articles 4 à 10.


    Un futur diplôme déjà bradé ?
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie Empty Re: Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    Message par seringatomik le Sam 20 Déc 2014 - 7:20

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    PARIS, 18 décembre 2014 (APM) - Les syndicats de masseurs-kinésithérapeutes FFMKR et SNMKR se sont élevés mercredi, dans des communiqués, contre la réforme des études d'ostéopathie, jugeant trop restrictif, en particulier, le système de dispenses d'enseignement instauré.

    Les textes réglementaires réformant les conditions d'accès au titre d'ostéopathe sont parus au Journal officiel lundi. Un décret et un arrêté instaurent la nouvelle maquette des enseignements, sur cinq ans (cf APM NC1NGGWY3). Un autre arrêté détaille les dispenses d'enseignement qui peuvent être accordées aux étudiants (cf APM NC4NGBR65).

    La Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) pointe des "textes inadmissibles et injustes pour les masseurs-kinésithérapeutes", et annonce que son conseil fédéral "a pris le week-end dernier la décision de déposer un recours en Conseil d'Etat" pour les contester.

    "Dorénavant, les masseurs-kinésithérapeutes qui souhaitent user du titre d'ostéopathe devront effectuer, en plus des 3.500 heures de formation initiale", plus de 1.800 heures de formation complémentaire, relève le syndicat. "La formation complémentaire de 1.225 heures auparavant prévue… c'est du passé!", regrette la FFMKR.

    Alors que les ostéopathes non professionnels de santé devront suivre 4.860 heures (contre 2.660 heures auparavant) reconnues bac +5, un masseur-kinésithérapeute souhaitant accéder à ce titre devra suivre plus de 5.300 heures reconnues bac +2 (en attendant la réforme de la formation initiale en kinésithérapie), affirme-t-elle.

    Le gouvernement a rendu un arbitrage le 9 décembre sur la formation des masso-kinésithérapeutes, prévoyant de faire passer sa durée, à partir de la rentrée de septembre 2015, de trois à quatre ans en institut, après une année préparatoire universitaire, rappelle-t-on (cf APM NC6NGCZBI).

    "La volonté du gouvernement est limpide: soit vous serez masseurs-kinésithérapeutes soit vous serez ostéopathes", estime la FFMKR. Elle considère que "la porte est grande ouverte pour que les ostéopathes non professionnels de santé soient [un jour] intégrés au code de la santé publique, mais sans les même règlementations que les professionnels de santé".

    Le Syndicat national des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (SNMKR), pour sa part, met l'accent sur le fait que la réforme de la formation en ostéopathie a été décidée sans attendre celle de la masso-kinésithérapie, alors que les travaux de réingénierie reprennent. L'arrêté relatif aux dispenses d'enseignement "est basé pour les kinésithérapeutes sur le programme de formation de 1989", déplore-t-il.

    Le syndicat demande "qu'une 'clause de revoyure' écrite quant aux dispenses concernant la profession de kinésithérapeute soit proposée à la profession dès la finalisation du nouveau programme".

    Il rapporte que, selon les "directives de l'OMS relatives à la formation en ostéopathie des professionnels de santé reprises dans le rapport Inserm sur l'évaluation de l'efficacité de la pratique de l'ostéopathie du 30 avril 2012 [...] le programme de type II pour permettre aux professionnels de santé de devenir des praticiens ostéopathes qualifiés comporte généralement 1.000 heures" et non pas environ 1.800 comme prévu par le nouvel arrêté.

    "Dès lors, le compte n'y est pas. Les kinésithérapeutes n'acceptent pas d'avoir à refaire ce qui est déjà inscrit dans leur programme actuel de formation ni d'avoir à faire ce qui sera sans aucun doute inscrit dans le futur programme 2015", affirme le SNMKR. Il affirme qu'il "restera très vigilant face aux nouveaux appétits des ostéopathes exclusifs qui se verraient bien remplir le rôle de professionnels intermédiaires de la santé".

    "Ces ambitions ne sont pas conformes à ce que mérite un système de santé qui, pour assurer sa pérennité, doit savoir évoluer en rediscutant et en redistribuant le rôle de chacun des professionnels de santé qui le compose; ce que ne sont pas les ostéopathes exclusifs", conclut le SNMKR.

    nc/san/APM polsan
    redaction@apmnews.com

    NC7NGQLCB 18/12/2014 11:03 ACTU

    ©1989-2014 APM International.


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais

    Contenu sponsorisé

    Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie Empty Re: Les syndicats de kinésithérapeutes s'élèvent contre la réforme des études d'ostéopathie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Oct 2019 - 6:22