Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Partagez
    avatar
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 55
    Localisation : alsace

    Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par seringatomik le Mar 11 Fév 2014 - 15:42

    Fichiers joints
    communiqué Québec.pdf
    Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
    (69 Ko) Téléchargé 68 fois


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 55
    Localisation : alsace

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par seringatomik le Mar 11 Fév 2014 - 17:47

    http://www.actusoins.com/19951/menace-les-stages-infirmiers-prive-bis.html

    Menace sur les stages infirmiers dans le privé (bis)

    11 février 2014 | Rédaction ActuSoins | mots clefs : FHP, Stages infirmiersPas de commentaire

    La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) annonce que "50 % des cliniques et hôpitaux privés ont rempli leur acte d’engagement dans la mobilisation", laquelle "résistance" passe, rappelons-le par la suspension des stages infirmiers.

    "Privé de ses moyens d’action et marginalisé dans le système de santé, le secteur hospitalier privé est acculé à démontrer son importance au cœur du système de santé et les missions qu’il remplit. Il se voit, en conséquence, contraint de conduire des actions à impact fort et d’envisager de renoncer à plusieurs missions auxquelles il est pourtant particulièrement attaché", confirme, ce 11 février, la FHP.

    "Fière de pouvoir chaque année former 32 000 élèves partout en France et désireuse de poursuivre cet engagement, la FHP se prépare à suspendre cette mission à compter du 1er mars prochain", précise la Fédération qui n'en est pas à une contradiction près.

    Ses représentants, indique le communiqué,vont "très prochainement rencontrer à nouveau ses représentants syndicaux, Monsieur Didier Borniche, président de l’Ordre National des Infirmiers (ONI) et Madame Karina Durand, présidente de la Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers (FNESI)".

    « Nous serions heureux de ne pas avoir à mettre en œuvre notre plan d’action. Mais aujourd’hui nous y sommes contraints, et nous y sommes prêts. L’hospitalisation privée subit trop de brimades et d’iniquité de traitement qui conduisent pas à pas à la disparition du secteur. Nous sommes les otages du gouvernement au détriment de l’efficacité du système de santé français » ajoute le président de la FHP, Jean-Loup Durousset.

    Rédaction ActuSoins


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 55
    Localisation : alsace

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par seringatomik le Mar 11 Fév 2014 - 20:37

    LU SUR ACTUSOINS :

    Marie Denis dit :
    10 février 2014 à 20 h 43 min Il faudra que Pierrefrançois dise exactement qui de l’ONI a participé aux travaux de reconnaissance des infirmières françaises d’avant 2012. Le RIFQ (Regroupement des Infirmières Françaises au Québec) a soulevé le problème et s’est tourné vers l’ONI dès 2011. L’ONI ne savait rien de nos conditions de de travail, ne savait pas qu’il existait plusieurs grades d’infirmières au Québec. Il n’a rien fait pour nous malgré nos différents appels, courriers, e-mails! Alors c’est bien beau de vouloir s’attribuer le travail des autres aujourd’hui. L’ONI a bâclé ce dossier dès sa 1ère signature. Nous travaillons au Québec et payons l’OIIQ (L’ordre des infirmiers) 425,75$ et l’ONI ne cesse de nous harceler pour que nous payions une double cotisation. Soit une au Québec et une en France.


    Marie Denis dit :
    11 février 2014 à 16 h 32 min Pourtant quand nous nous sommes tournés vers vous, nous n’avons pas eu de réponse. Et vous étiez les 1ers sur notre liste! Un de nos membres a finalement rencontré votre chargée d’affaires internationale. Vous ne saviez même pas qu’il existait des infirmière techniciennes et des infirmières bachelières! Comment avez-vous pu négocier un tel dossier en 2010?!!! C’est aberrant!
    Et oui cela nous a pris 2ans 1/2 de démarches de rencontres avec les différents acteurs, de déceptions, de joie pour en arriver là! Et je tiens à vous rappeler que c’est dès lors que Frédéric Lefebvre député des Français de l’Etranger (que nous avons sollicité) a posé la question à l’Assemblée que les choses se sont emballées.
    Pour avoir été au coeur des démarches et avoir été en relation avec les différents tractateurs, le RIFQ n’a pas eu vent de votre présence à la table des négociations. Vous travailliez en sous-marins pour les infirmières exerçant au Québec?


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais

    TROUDANUSSE

    Messages : 44
    Date d'inscription : 04/10/2012

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par TROUDANUSSE le Mar 11 Fév 2014 - 20:47

    Oh putain, c'est la saint Borniche aujourd'hui ?
    avatar
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 55
    Localisation : alsace

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par seringatomik le Mer 12 Fév 2014 - 7:18

    et çà continue de plus belle :

    Grim dit :
    11 février 2014 à 23 h 46 min Soyons honnête, l’ONI n’a RIEN fait dans cette histoire. Pas plus que Mme Conway-Mouret d’ailleurs. Elle a juste répondu à la question de l’assemblée nationale en créant un groupe de travail. Ceux qui ont réglé ce problème sont le RIFQ pour les documents d’analyse des différentes formations, Le Ministère de la santé et des services sociaux du Québec, Le ministère de l’immigration et des communautés culturelles du Québec, le ministère de la santé français et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche français. L’OIIQ et la FIQ nous ont soutenus mais ne sont pas chargés de l’analyse des formations étrangères. L’ONI…. On a un contact il y a fort longtemps et depuis plus rien, pas un courriel, pas un appel (même pas ils répondent au téléphone d’ailleurs!)
    Je trouve ça SCANDALEUX de se féliciter après la bataille quand on a pas bougé le petit doigt! L’ONI nous a abandonné, sauf pour la cotisation ordinale.
    J’ai les noms exacts des participants au groupe de travail et je peux vous assurer que l’ONI n’y était pas.
    Alors rendons à César, ce qui est à César et remercions les VRAIS protagonistes de cette histoire!!!


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    necronomicon
    Modérateur

    Verseau Messages : 4231
    Date d'inscription : 29/05/2010
    Age : 59
    Localisation : Le Berry profond

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par necronomicon le Mer 12 Fév 2014 - 9:37

    Encore un peu ?
    http://www.infirmiers.com/forum/infirmiere-quebecoise-france-sos-t134162.html
    Re: infirmière québécoise en france SOS
    par FDVG » 12 Fév 2014 07:05
    ARM ou comment utiliser les infirmiers étrangers en leur promettant un vie de choix...L'ARM, si vous êtes en échec c'est fini ,, la plus part des CSSS ne tienne pas compte du délai de 31 jours pour être évalué une seconde fois sur un autre secteur, il vous expulse en plein période des 75 jours du jour au lendemain, et oui ici les contrats pas de préavis d' expulsion ! Sans que vous puissiez justifier quoi que ce soit sur les difficultés du stage d’intégration, les cadre infirmiers et l'ordre ne vous demanderons rien, sauf de signé votre échec et hop si tu veux il te reste la fonction CEPI ou tu rentre en France, !! !!...... Il vous reste la fonction CEPI c'est 600$ de plus car ce n'est pas financé pour passer l'exam de l'ordre vous descendez à l' échelle salariale d'une préposée, de plus vous passer l'exam de l'ordre , exam où le taux de réussite est de 40% à peine.En CSSS vous êtes la personne volante jour soir nuit, genre 10 nuits d' affilées puis 4 jours etc... ne vous attendez pas à un poste fixe sur un domaine c'est pas possible c'est inexistant, même après votre stage et autorisée, même si il vous le font miroiter par leurs discours en entretien , sauf ceux qui immigre en cote nord où la demande est forte donc les postes y sont plus que disponible et négociable !!
    Nouvelles fraîche , depuis le 6 février 2014 les infirmiers Francais sont reconnus en qualité d'infirmiers clinicien BAC valeur Quebec, alors que les infirmiers québécois en DEC c'est plus de 100 crédits universitaire pour le BAC clinicien, je comprends leur colère !! Les volets de l 'ARM vont êtres renforcés sur, attendez vous à des évaluations de qualités BAC, attendez vous à une évaluation sur le terrain plus soutenue...
    Réfléchissez bien possédez un bon fond financier de roulement en cas de refus, d' échec , car ici il ne vous ferons pas de kdo !!! Le rêve québécois peut se transformer en véritable cauchemar !!!


    _________________




    moraloni

    Messages : 126
    Date d'inscription : 31/08/2010

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par moraloni le Mer 12 Fév 2014 - 12:04

    TROUDANUSSE a écrit:Oh putain, c'est la saint Borniche aujourd'hui ?

    YAISSE !
    avatar
    NonCestNon

    Vierge Messages : 382
    Date d'inscription : 12/09/2010
    Age : 60
    Localisation : PARIS

    L'ONI au Quebec ? Pan sur le bec !

    Message par NonCestNon le Mer 12 Fév 2014 - 16:59

    Ni fait, ni à faire. Hormis quelques IDE à la recherche d'exotisme professionnel, il semble que personne n'ait envie d'aller exercer au Canada.

    Ainsi donc, les échanges ordinaux France - Québec étaient-ils une priorité dans le calendrier de "l'ordre nouveau".

    Et le bilan plus de sept années plus tard ? ? ?

    Je me marre ! ! ! vaseline 
    avatar
    syndicat RESILIENCE

    Messages : 2178
    Date d'inscription : 08/01/2011

    quand l'ordre infirmier québécois manque de "prévoyance", des infirmiers et infirmières auxiliaire­s sont privés de travail

    Message par syndicat RESILIENCE le Sam 9 Jan 2016 - 9:12

    http://www.journaldemontreal.com/2016/01/08/des-infirmiers-et-infirmieres-auxiliaires-prives-de-travail

    Manque de prévoyance
    Pour sa part, Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) croit que l’Ordre aurait pu définir les actes que les candidats à la profession peuvent faire. «L’OIIAQ aurait pu mieux prévoir», estime-t-elle. 


    _________________




    lesinfirmières

    Messages : 574
    Date d'inscription : 01/01/2013

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par lesinfirmières le Sam 9 Jan 2016 - 13:21

    syndicat RESILIENCE a écrit:http://www.journaldemontreal.com/2016/01/08/des-infirmiers-et-infirmieres-auxiliaires-prives-de-travail

    Manque de prévoyance
    Pour sa part, Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) croit que l’Ordre aurait pu définir les actes que les candidats à la profession peuvent faire. «L’OIIAQ aurait pu mieux prévoir», estime-t-elle. 


    Il en pense quoi monsieur Borniche ?
    avatar
    syndicat RESILIENCE

    Messages : 2178
    Date d'inscription : 08/01/2011

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par syndicat RESILIENCE le Jeu 14 Avr 2016 - 9:53

    syndicat RESILIENCE a écrit:http://loutardeliberee.com/infirmiers-arm/

    Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.


    PUBLIÉ PAR NATHALIE SIMON-CLERC LE 12 AVRIL 2016 DANS À LA UNE, CHARLOTTE LOPEZ, NATHALIE SIMON-CLERC,

    L’accord de reconnaissance mutuelle des diplômes (ARM) infirmiers entre la France et le Québec, officialisée et signée en grandes pompes en février 2014, bat de l’aile. L’ARM est aujourd’hui un obstacle pour les Français et engendre des situations sociales difficiles.

    Par Charlotte Lopez et Nathalie Simon-Clerc

    D’ici quelques semaines, Agnès Cardamone devra quitter la province et rentrer en France avec son fils de 16 ans, si elle ne trouve pas d’emploi. « J’arrive à court de mes économies », lâche-t-elle. Arrivée pleine d’espoir en août 2015 à Sherbrooke, l’infirmière-anesthésiste voit son rêve québécois virer au cauchemar.  Recrutée en France par l’hôpital de Sherbrooke, elle quitte le vieux continent pour embrasser une nouvelle vie. D’ailleurs, son fils Jean-Baptiste, champion de tir à l’arc, est sélectionné pour les prochains Jeux du Québec. Elle-même est devenue bénévole dans le club de son fils. Pour des raisons personnelles, elle échoue au stage d’embauche de l’hôpital qui, selon elle, ne s’est pas déroulé dans les règles de l’art. Elle perd sa promesse d’emploi, et n’a obtenu depuis, que trois entrevues dans des hôpitaux québécois. « Humainement, c’est dur à vivre. À 44 ans, après 22 ans de pratique, rater un stage et voir les portes se fermer, c’est très dur à vivre. », convient l’infirmière.

    On n’a pas les moyens d’embaucher des infirmières françaises

    Selon elle, la reconnaissance des diplômes entre la France et le Québec, a créé un obstacle de taille : le stage de 75 jours imposé aux infirmiers français, qui nécessite une personne supplémentaire pour superviser. « Seuls les CHU peuvent financièrement se le permettre », explique Mme Cardamone. D’ailleurs, elle assure que beaucoup d’établissements de santé n’embauchent plus de Français. « On est en pleine réforme, et on n’a pas les moyens d’embaucher des infirmières françaises », entend-elle régulièrement. De plus, les nouvelles contraintes d’Immigration Canada, imposant des frais de 1 400$, de nombreuses formalités administratives et la preuve que l’embauche d’un infirmier étranger est préférable à un infirmier canadien, sont un obstacle supplémentaire à l’application de l’ARM.

    D’autres situations sont plus difficiles encore. Pour cette infirmière qui, avec son conjoint et un bébé de un an, doit prendre son poste au Québec le 22 avril, toujours pas de visa d’immigration… Ils ont démissionné et ont tout vendu (maison, voitures, meubles), en vue de leur prochaine immigration qui pourrait ne jamais se concrétiser. Ils vivent à l’hôtel en France et font de l’intérim en attendant le précieux sésame.

    Il faut supprimer le fameux stage de 75 jours

    Du côté du Regroupement des infirmiers français au Québec (RIFQ), on tient le même discours. Nagia Idel Mehdaoui, infirmière française en dispensaire dans le Grand Nord, qui a bataillé pour la reconnaissance du diplôme français au Québec, est plutôt amère. « le fameux stage de 75 jours » est trop long selon elle, et constitue un frein. La conjoncture explique aussi la désaffection des employeurs vis-à-vis des infirmières françaises. « Entre 2010 et 2015, on a recruté 200 à 300 infirmières françaises par an, explique Mme Idel Mehdaoui, mais aujourd’hui, il n’y a plus de pénurie ». Elle ajoute que la réforme des CSSS engendrée par la loi 10, crée beaucoup de contraintes budgétaires sur les établissements de santé, qui trouvent moins d’intérêt à recruter des infirmières françaises, alors que chaque année une cohorte d’infirmières québécoises sort de l’école. « De plus, avec l’ARM, on a été reconnu comme bachelier, donc on coûte plus cher », fait également valoir la professionnelle de santé.

    Pour relancer un ARM à bout de souffle, Nagia Idel Mehdaoui propose de supprimer le stage de 75 jours, comme c’est déjà le cas en France pour les infirmières québécoises, qui peuvent exercer dès leur arrivée.

    Mais c’est également, selon elle, deux philosophies qui s’affrontent au sein de l’accord bipartite. « Du côté français, on voulait favoriser la mobilité, du côté québécois, c’était pour répondre à un besoin du marché du travail. Aujourd’hui on ferme les vannes, c’est dommage », considère Mme Idel Mehdaoui.

    RSQ ne recrute plus

    Du côté de Regroupement Santé Québec (RSQ), « mandaté par le MSSS (ministère de la santé et des services sociaux) pour recruter des professionnels de la santé et des services sociaux ayant obtenu un diplôme hors du Canada afin notamment de combler les besoins de main-d’oeuvre du réseau de la santé québécois », on se fait discret, puisque nos demandes d’entrevues ont été déclinées.

    D’une autre source, on apprend que RSQ ne s’est pas rendu au salon des infirmières en France cette année, alors que l’organisme faisait le voyage tous les ans. Le voyage aurait été annulé au dernier moment à cause du faible nombre de contrats à proposer (une trentaine pour Sainte-Justine, et trois pour le CHUM). Selon RSQ, 400 professionnels de santé ont été recrutés à l’étranger entre 2012 et 2014, 221 en 2015 et 26 en 2016.

    (crédit photo : IFSI – CHIMM)

    » Inline Ad Purchase:  Intext Link

    Pour mémoire :

    http://www.ordre-infirmiers.fr/espace-presse/les-grands-dossiers/arm-france-quebec.html

    ARM France-Québec : une incitation forte à la mobilité internationale

    L’arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) des qualifications professionnelles a été signé le 30 juin 2010 entre l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ) et l’Ordre des infirmiers de France, puis par le ministre chargé de la Santé. Il permet de faciliter et d’accélérer les migrations, dans un sens ou dans l’autre, des infirmières et des infirmiers ayant obtenu leur titre de formation sur le territoire français (diplôme d’infirmier diplômé d’État) ou québécois (diplôme de Bachelier), sans considération de leur nationalité.


    _________________



    avatar
    Solange Granier

    Messages : 1035
    Date d'inscription : 16/07/2012
    Localisation : Le grand Est

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par Solange Granier le Jeu 14 Avr 2016 - 10:20

    Une bonne raison supplémentaire de NE PLUS COTISER ET NE PLUS ADHÉRER à l'Ordre infirmier puisque pour travailler au Québec il faut cotiser aux 2 ordres (québécois et français) !
    avatar
    necronomicon
    Modérateur

    Verseau Messages : 4231
    Date d'inscription : 29/05/2010
    Age : 59
    Localisation : Le Berry profond

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par necronomicon le Jeu 14 Avr 2016 - 10:30

    Elles se sont tant aimées...
    http://www.syndicat-infirmier.com/Reconnaissance-mutuelle-des.html


    _________________



    avatar
    moutarde
    Admin

    Messages : 2619
    Date d'inscription : 30/05/2010
    Localisation : Sud-Ouest

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par moutarde le Jeu 14 Avr 2016 - 23:15

    "Les amours finissent un jour" Razz
    .

    Contenu sponsorisé

    Re: Les infirmières françaises ne sont plus les bienvenues au Québec.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû 2017 - 11:27