Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    Petit florilège des éditos des CDOI

    necronomicon
    necronomicon
    Modérateur

    Verseau Messages : 4231
    Date d'inscription : 29/05/2010
    Age : 61
    Localisation : Le Berry profond

    Petit florilège des éditos des CDOI Empty Petit florilège des éditos des CDOI

    Message par necronomicon le Sam 20 Oct 2012 - 22:17

    Voilà de quoi égayer votre dimanche qu'on annonce pluvieux et aussi d'excellentes raisons de redoubler d'effort pour bouter le beurk hors de notre paysage professionnel :


    Jean Sylvain GIRARD, Président du CDOI du Jura
    Depuis début janvier, le Conseil Départemental de l’Ordre des Infirmiers du Jura s’est installé dans les locaux du Conseil Régional de l’Ordre des Infirmiers, à Besançon. Cette démarche a pour but d’optimiser les moyens matériels et humains mais surtout de restreindre le coût de notre fonctionnement.
    Aujourd’hui, notre profession est en pleine mutation. Chaque professionnel du soin infirmier est un acteur central et qualifié du suivi clinique et thérapeutique, de la coordination des soins, de la définition des besoins de santé en collaboration étroite avec le médecin. L’infirmier est à même de jouer un rôle majeur dans l’amélioration de l’accès, la coordination, la qualité des soins. C’est le seul professionnel de santé en capacité de le faire de manière globale au plus prêt de l’activité médicale mais aussi dans le cadre d’un exercice autonome.
    La première raison de notre Ordre Infirmier est de contribuer à l’éthique et à la compétence infirmiers en vue de la qualité des soins. Cette contribution rejoint aussi tout naturellement notre autre mission légale d’assurer la promotion de notre profession.
    C’est en ces valeurs que je crois et pour lesquelles je me suis engagé à faire évoluer notre profession.
    Jean Sylvain GIRARD
    Président du Conseil Départemental de l’Ordre des Infirmiers du Jura
    Vice-président du Conseil Régional de l’Ordre des Infirmiers de Franche-Comté


    L'édito de M. Bories-Haller, Président du CDOI 81
    Depuis l'avènement de la loi BRIOT du 21 décembre 2006 et la mise en place des conseils départementaux, régionaux et du conseil national, trop peu d'IDE se sont inscrits au tableau de l'ordre comme la loi les y oblige. Certains syndicats de salariés ne se sont pas privés de faire une propagande anti ordre par crainte de voir les infirmiers adhérents ne plus cotiser. Nous nous sommes refusé à répondre aux provocations de certains syndicats, car, j'estime nécessaire leur existence au sein des établissements sanitaires et sociaux. Ils ont un rôle important à jouer pour améliorer les conditions de travail des IDE salariés, défendre leurs acquis sociaux et maintenir leur pouvoir d'achat par la revalorisation de leur salaire.
    Ces compétences syndicales n'entrent en aucun cas dans nos missions, elles ne correspondent en rien avec celles que la loi nous a attribuées.
    J'ai entendu de nombreux propos inexacts et sans fondement tenus par des confrères et des consœurs mal informés sur l'Ordre Infirmier. D'autre part, de fausses informations sur l'ordre, parfois désobligeantes, défilent en abondance sur le web.
    Compte tenu des informations erronées qui circulent parmi la communauté des infirmières et des infirmiers, j'ai décidé de mettre en place avec les membres du conseil une campagne de communication et d'information sur l'ordre infirmier et ses missions. Elle a débuté le 1er septembre 2010 et se terminera vers la fin avril 2011.Cette campagne de communication se fera auprès des professionnels infirmiers tous collèges confondus et de l'ensemble des établissements sanitaires du Tarn. La campagne de communication auprès des établissements sanitaires et sociaux a été possible grâce à la participation de madame Hélène SGRO, déléguée territoriale du Tarn de l'ARS avec les membres du service de l'offre de soins et ceux des établissements sanitaires. De même que le concours de monsieur Michel DAVILA, directeur de la CPAM du Tarn avec son groupe d'encadrement, va nous permettre de mieux informer les infirmiers libéraux.
    Lors de nos interventions dans les différentes structures sanitaires, les IDE ont mieux perçus le bien fondé de la création de leur ordre et les différentes missions que lui a confié le législateur.
    LE SEQUESTRE, le 29 novembre 2010


    Chantal Levasseur, Présidente du CDOI 13
    Au service de 20 000 infirmiers exerçant en secteur public, privé ou libéral, le Conseil Départemental de l ’Ordre des Infirmiers des Bouches du Rhône se doit d’être exemplaire en termes de disponibilité et de service.
    Aujourd’hui, nos bureaux sont ouverts au public tous les jours de la semaine grâce à nos assistantes. Les conseillers élus (tous en activité et bénévoles, je tiens à le rappeler) apportent chaque jour, conseils et soutien non seulement aux infirmiers mais aussi aux personnes soignés. Nous travaillons également en étroite relation avec l’Agence régionale de Santé, notamment pour prévenir la maltraitance.
    Notre engagement est sans faille, malgré les difficultés inhérentes à la mise en place de cette nouvelle structure dont l’impact sera considérable dans la future politique de santé.
    En effet je suis convaincue que la profession est aujourd’hui mature et peut donc s’autogérer sans la tutelle de l’administration ou du corps médical.
    Personne ne peut mieux s’exprimer pour la profession infirmière que les professionnels infirmiers réunis quel que soit leur mode d’exercice en une seule structure. Personne ne peut mieux veiller à la qualité des soins infirmiers que les professionnels réunis dans l’Ordre des Infirmiers.
    Ainsi, la profession infirmière prendra toute sa place dans la réponse apportée aux besoins de santé de la population.


    Edito de Brigitte Lecointre, Présidente du CDOI 06
    Nice, le 22 Avril 2012
    Chers collègues,
    J’ai attendu quelques mois pour vous informer de l’évolution de notre ordre départemental . La réorganisation nous a demandé beaucoup d’efforts et continue d’exiger de la part de l’ensemble des conseillers, mobilisation, persévérance et engagement dans un environnement mouvant.
    Depuis la restructuration de l’Ordre Infirmier, nous travaillons en étroite collaboration mais en totale indépendance avec l’inter région PACA et nous pouvons ainsi continuer à répondre aux missions dévolues à l’Ordre départemental (enregistrement des dossiers au tableau de l’Ordre, gestion des litiges et des plaintes, sollicitations multiples sur divers sujets professionnels …).
    Une permanence téléphonique est assurée dans notre département par notre teleconseillere Geneviève Caille (que nous remercions infiniment) qui renseigne, conseille, oriente les demandes de nos consœurs et confrères. A ce jour, depuis le début de l’année 2012, nous avons pu répondre à 255 appels permettant ainsi de traiter tous les dossiers inhérents à un ordre départemental.
    Le site du CDOI06 est régulièrement actualisé.
    Un certain nombre de partenaires (l’ARS , les autres ordres professionnels, les organismes de tutelle du département…) continue à nous apporter un soutien actif (logistique, communication…).
    Nous avons organisé un Jeudi de l’Ordre le 15 mars à la Maison du séminaire, boulevard Frank Pilatte à Nice sur le thème « secret professionnel et éthique ». Une large diffusion avait été faite. Cette soirée a connu un vif succès avec la participation de différentes professions de santé.
    Le thème étant large et d’actualité, un grand nombre de questions n’ont pu malheureusement être abordées, ce qui a suscité une demande ultérieure d’organisation de soirée. Le power point de la présentation sera disponible très prochainement sur le site du CDOI06.
    Le prochain Jeudi de l’Ordre est organisé le 14 juin à la maison des associations à Antibes sur le thème «réforme de la formation continue : quelles modalités et quel impact sur nos pratiques professionnelles ? » Nous vous attendons nombreux.
    Nous sommes présents et apportons notre contribution auprès des instances et acteurs de santé de notre département.
    Je remercie vivement tous les infirmières et infirmiers qui par leur adhésion, leur participation contribuent au maintien de l’ordre des infirmiers.
    Je vous rappelle que le 12 mai est la journée internationale de l’infirmière avec cette année le thème « Combler l'écart : des preuves aux actes »

    Soyez assurés chers collègues de mon entier dévouement
    Brigitte Lecointre

    Marie-Ange BORASO, Présidente du CDOI 58
    En tant que présidente du conseil départemental de l'ordre des infirmiers 58, en mon nom, au nom des membres élus du conseil départemental 58, je suis heureuse de vous accueillir sur notre site départemental.
    Cet échelon départemental est le point de départ de notre regroupement professionnel. Qui mieux que nous connait le travail en équipe ?
    Nous sommes les infirmières et infirmiers de terrain, les acteurs des changements à venir. Il est temps de prendre soin de notre métier.
    Notre profession dispose de nombreux domaines d’expertise. Aussi, elle a des grands dossiers à défendre et nous devons faire entendre notre voix.
    Nous avions besoin d’une organisation cohérente afin d’être unis en une seule instance, quelque soit le lieu de notre exercice, notre spécialité, dans nos missions respectives qui ont les mêmes objectifs : promouvoir la santé, éduquer, prévenir la maladie, accompagner, soulager la souffrance, prendre soin…
    Aujourd’hui les bases de notre organisation sont solidement posées.
    Promouvoir l’évolution de notre métier, valoriser notre profession, partager nos expériences, confronter nos pratiques, faire reconnaitre nos domaines d’expertise, garantir notre solidarité professionnelle, restent nos missions prioritaires et sont- l’affaire de tous, au sein d’un Ordre infirmier cohérent, volontaire et communiquant.
    Je suis honorée également, de vous représenter à l’échelon du conseil régional de Bourgogne, en tant que vice-présidente mais aussi au conseil national, en tant qu’élue du secteur 7 (Bourgogne, Alsace, Franche Comté, Lorraine).
    Bien confraternellement,
    Marie-Ange BORASO


    Philippe Robineau du cdoi 65

    Chèr(e)s Consœurs et Confrères des Hautes-Pyrénées,

    Depuis 2008, les élus titulaires et suppléants des 3 collèges : public, privé et libéral participent à la mise en place de l’Ordre des Infirmiers et ainsi permettre la mise en œuvre de ses missions, dans le but de rassembler et faire reconnaître la profession infirmière.

    Ce site a pour vocation d’apporter des éléments d’informations et une aide pour la pratique de la profession.

    Pour rappel, c’est la loi du 21 décembre 2006 qui a porté création de l’Ordre National Infirmier.

    Cet Ordre renforce notre place au sein de l’organisation sanitaire française. Nous sommes quelques 500 000 infirmiers en France et nous avons suffisamment de compétences, d’expertise, de maturité professionnelle pour être les acteurs de notre propre exercice (promotion de la profession, autonomie et indépendance, amélioration de la qualité des soins, formation, spécialisations, recherche infirmière, participation aux travaux européens et internationaux, ..). A ce jour, notre profession dispose de moyens permettant de faire ensemble le choix de notre destin collectif, de la définition des soins infirmiers et de leurs pratiques. Grâce à l’Ordre Infirmier et sa représentation tant départementale que nationale, nous sommes en mesure de nous hisser au même niveau de fonctionnement et d’expression que les autres professionnels de santé reconnus de ce pays, ainsi que des autres communautés infirmières européennes et au-delà. Notre Ordre, représentation de la profession infirmière, de part son indépendance, renforcera notre positionnement comme première catégorie de soignants.

    L’avancée de la profession nécessitera dans le même temps de veiller à la défense de ses compétences et des acquis existants. Les pratiques et les conceptions du soin sont en pleine mutation et il convient de veiller à ce qu’elles restent conformes à la déontologie de la profession infirmière ; à ce que les accords qui lient tant les membres d’un même groupe professionnel que les institutions entre elles, et tant les professionnels de la santé que les administrations de tutelles, permettent la pérennité de notre métier dans des conditions d’exercice moral et financier satisfaisant.

    Les projets politiques visant à réduire les dépenses de santé, s’ils s’inspirent d’exemples existants à l’étranger, doivent trouver des spécificités liés à notre culture de la santé. Les différents domaines du soin infirmier doivent être reconnus, valorisés et favorisés auprès des autres acteurs de la santé et du social. Encore une fois, il importe de défendre les acquis de la profession et de veiller à son développement en conservant les valeurs essentielles que sont l’humanité et l’accès aux soins pour tous.

    La tâche est immense car les besoins et les attentes de la profession sont grands.
    Inscrivons-nous volontairement, individuellement et collectivement pour relever les défis de santé de notre pays. Ensemble, occupons la place qui doit être la notre, et ainsi nous pourrons conserver et améliorer la qualité des soins que nous prodiguons chaque jour à nos patients, et nous faire reconnaitre comme de réels et nécessaires partenaires de santé.

    Je me suis engagé avec beaucoup d’autres dans cette aventure, et notamment avec tous les Conseillers du département. Cette aventure doit être respectueuse des uns et des autres, collective et transparente dans son fonctionnement. Soyons complémentaires, quelles que soient nos domaines d’exercice, et d’une profession éclatée, nous ferons une profession rassemblée qui pèsera davantage dès aujourd’hui et encore plus demain.
    Portons ensemble les valeurs infirmières, tous, nous…… avec vous.

    Philippe Robineau



    CDOI 90
    Devenir responsable de nous-mêmes, assumer notre indépendance en définissant le rôle que nous voulons jouer aujourd’hui et assumer demain… tels sont les opportunités, les missions et les enjeux inscrits dans la Loi de décembre 2006 portant création de l’Ordre National des Infirmiers.

    La profession infirmière a une place prépondérante dans le paysage sanitaire français, elle est un modèle de qualité et compétence en Europe et dans le monde entier. Après de nombreuses décennies d’espoir, l’Ordre National des Infirmiers nous fédère enfin autour de l’immense diversité de nos exercices sur la base d’un Diplôme unique et de valeurs partagées quelque soit le mode de pratique dans la sphère publique, privée et libérale.
    Nous avons à la fois l’impérieuse obligation et l’immense opportunité de pouvoir désormais façonner l’éthique et sculpter la compétence des Infirmiers, de promouvoir nos expertises pour satisfaire à l’exigence de qualité dans chacun de nos gestes, chacune de nos rencontres précieuses avec les patients. Le Code de Déontologie uniformise et scelle les repères éthiques appropriés à la mouvance quotidienne de notre exercice.

    La récente Loi HPST définit un cadre nouveau pour notre système de santé soumis à de dures contraintes en termes de financement. Le patient est aujourd’hui plus qu’hier considéré sur l’ensemble de son parcours de soins, tous les interlocuteurs médicaux et soignants se doivent de s’adapter à ces nouvelles contingences, de se hisser au niveau de compétences requises.

    L’infirmier français a de réels atouts pour lui, son instance Ordinale s’en fait l’écho quotidiennement au niveau des plus hautes instances sanitaires françaises et européennes. Nos expertises et spécialités soignantes en institution ou directement chez le patient, nos savoirs cliniques, éducatifs, managériaux,… nous imposent en acteur central et qualifié aux côtés du médecin pour le meilleur soin au patient.

    La naissance de notre Ordre connaît quelques soubresauts, rencontre quelques résistances ; cela n’a rien de surprenant. Mais il est en définitive de notre véritable et seul ‘rôle propre’ d’assumer en conscience et responsabilité qui nous sommes et voulons être.

    Venez nous visiter après avoir surfé sur ce site qui est le vôtre et vous propose toutes les informations utiles et légales concernant l’exercice de notre belle profession toujours plébiscitée par les malades et leurs familles.


    _________________




      La date/heure actuelle est Ven 18 Oct 2019 - 6:58