Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    Lettre aux parlementaires

    avatar
    Invité
    Invité

    Lettre aux parlementaires Empty Lettre aux parlementaires

    Message par Invité le Jeu 23 Fév 2012 - 20:53



    Lettre aux parlementaires 1202230702521139709480989


    Lettre aux parlementaires 1202230702521139709480990
    avatar
    ordreinfirmieralapoubelle

    Messages : 1524
    Date d'inscription : 31/08/2010

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par ordreinfirmieralapoubelle le Jeu 23 Fév 2012 - 21:28

    excel plussoie conlidiot berlaudiots bonboulot

    A quand Seringue en politique ?
    tevassir
    tevassir

    Messages : 133
    Date d'inscription : 12/01/2012
    Localisation : lyon

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par tevassir le Jeu 23 Fév 2012 - 21:45

    bravo !!! que cet oni honni disparaisse à tout jamais !!!
    bravo seringue , mais ne t'épuise pas !!!!
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par seringatomik le Jeu 23 Fév 2012 - 21:58

    ordreinfirmieralapoubelle a écrit: excel plussoie conlidiot berlaudiots bonboulot

    A quand Seringue en politique ?

    dans tes rêves ... lolmdr


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    mag31
    mag31

    Taureau Messages : 151
    Date d'inscription : 03/12/2010
    Age : 64
    Localisation : haute garonne

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par mag31 le Jeu 23 Fév 2012 - 22:27

    l'ais envoyee a jean luc melanchon,sur FB
    lui renvoie sur son blog
    mag31
    mag31

    Taureau Messages : 151
    Date d'inscription : 03/12/2010
    Age : 64
    Localisation : haute garonne

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par mag31 le Jeu 23 Fév 2012 - 22:40

    avatar
    mavema1

    Verseau Messages : 10
    Date d'inscription : 27/07/2010
    Age : 60
    Localisation : Fontainebleau-Avon

    Lettre aux parlementaires Empty A tous les acteurs de Résilience!!!

    Message par mavema1 le Jeu 23 Fév 2012 - 23:12

    Je ne communique pas souvent sur ce site, mais en revanche je suis très assidue à vous lire quotidiennement, et vous êtes étonnantissimes!!!je n'ai jamais eu autant d'infos qu'avec Résilience, vous êtes tous des hyper actifs, super érudits, bref, vous êtes incroyables d'idées et depuis quelques temps vous êtes passés à la vitesse supérieure; et là je n'ai plus de superlatifs!....Sublimissimes...N'ayez pas le melon pour autant!!!!mais comme je ne suis pas fichue d'afficher un seul smiley....(et oui, pas douée la fille), , je me le faits version pseudo intello!!mais vraiment bravo, j'espère vous voir le 20 mars...
    avatar
    Invité
    Invité

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Invité le Ven 24 Fév 2012 - 0:25


    que de compliments !!!! Lettre aux parlementaires B7nj49nb

    merci, je crois que ça va faire plaisir à tout le monde vivenous


    pour les smileys, tu as 2 solutions pour répondre à un message:

    soit tu réponds par la "réponse rapide" en bas de la page et tu trouveras les smileys en cliquant sur la petite icône smiley au dessus de la fenêtre

    soit tu cliques sur le gros bouton bleu "répondre", en haut ou en bas, à droite : la page change et tu trouveras la fenêtre de réponse avec tous les smileys à gauche

    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par seringatomik le Ven 24 Fév 2012 - 8:33

    merci, merci, merci à tous !

    on les z'aura ...


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    Misséprouvette
    Misséprouvette

    Sagittaire Messages : 457
    Date d'inscription : 04/01/2012
    Age : 59
    Localisation : Marne

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Misséprouvette le Ven 24 Fév 2012 - 10:11

    Parfaite, cette lettre est parfaite. Il ne faut pas oublier aussi de remercier Mr DECHILLY quand même !!! Donc un grand bravo à tous les 2.
    bravdf bravdf

    Mais je voudrais qu'on m'explique quel va être précisément le parcours de cette lettre. Dans quelles mains exactement va t-elle passer? Va t-elle être lue publiquement, par qui,quand et comment? Tous les sénateurs et députés en auront-ils vraiment connaissance? ( les absents, par exemple......vous voyez ce que je veux dire....les 3/4 de l'hémicycle.....) cette lettre leur est elle envoyée? ?§?§?§
    Merci de bien vouloir éclairer ma petite lanterne.... what
    Gattuso
    Gattuso

    Messages : 71
    Date d'inscription : 01/11/2010

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Gattuso le Ven 24 Fév 2012 - 10:41

    plussoie bonboulot
    avatar
    Invité
    Invité

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Invité le Ven 24 Fév 2012 - 10:46

    cette lettre est envoyée par mail à chaque parlementaire
    libre à eux de la lire ou non selon leur intérêt/implication...
    elle n'est pas lue publiquement
    Misséprouvette
    Misséprouvette

    Sagittaire Messages : 457
    Date d'inscription : 04/01/2012
    Age : 59
    Localisation : Marne

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Misséprouvette le Ven 24 Fév 2012 - 18:48


    Ah ok merci beaucoup. Et ça fait combien de députés et sénateurs cette histoire là ? question
    avatar
    Invité
    Invité

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Invité le Ven 24 Fév 2012 - 19:15


    normalement, grosso modo, je dirais entre 600 et 800
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par seringatomik le Lun 15 Avr 2013 - 9:16

    il nous faut inlassablement continuer à informer les parlementaires, nos collègues et les autres acteurs du dossier sur les agissements de l'oni et de ses sbires qui ne reculeront devant rien pour essayer de se maintenir ...


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    ordreinfirmieralapoubelle

    Messages : 1524
    Date d'inscription : 31/08/2010

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par ordreinfirmieralapoubelle le Mar 16 Avr 2013 - 8:36

    J'attends ton missile pour le diffuser +++
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par seringatomik le Jeu 25 Avr 2013 - 5:47

    EPISODE 8 :

    lettre aux parlementaires ...


    Lettre aux parlementaires Capturedcran20130430120

    Lettre aux parlementaires Capturedcran20130430120


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    syndicat RESILIENCE
    syndicat RESILIENCE

    Messages : 2178
    Date d'inscription : 08/01/2011

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par syndicat RESILIENCE le Mar 30 Avr 2013 - 8:08

    une de nos adhérentes écrit aux parlementaires :

    toujours aussi intéressantes les infos résilience, j'y suis donc allée
    de ma petite lettre aux députés.
    bonne journée.


    -------- Message original --------
    Sujet: demissions conseillers ordinaux
    Date : Fri, 26 Apr 2013 12:45:46 +0200
    De : mxxxxxxxxx
    Pour : ybur@assemblee-nationale.fr, jjurvoas@assemblee-nationale.fr,
    pcrozon@assemblee-nationale.fr, csirugue@assemblee-nationale.fr,
    clemorton@assemblee-nationale.fr



    Messieurs les députés,
    Après la décision du Conseil d'Etat qui reconnait le droit pour un cadre
    masseur kinésithérapeute de ne pas avoir a être inscrit à l'ordre des
    masseurs kinésithérapeutes, il y a fort à parier que les cadres
    infirmiers demanderont la même disposition. Est il normal que l'ordre
    infirmier continue à harceler les libéraux pour obtenir des cotisations
    qu'ils ne parviennent pas à avoir des salariés ? Les conseillers
    ordinaux nationaux pourtant particulièrement motivés pour la mise en
    place de cet ordre démissionnent en laissant des courriers tout à fait
    explicites sur les dysfonctionnements de l'ordre : manque de
    transparence, manque de communication en interne et en externe, aucune
    production utile à la profession, non respect de la légalité,
    acharnement sur les libéraux... la liste est longue.
    Combien de temps faudra t'il encore que nous financions cette structure
    dont les membres avouent eux même l'inefficacité, la lourdeur et l'opacité ?
    Je vous joins les courriers de démission des conseillers ordinaux, ainsi
    que l'information donnée par le syndicat résilience sur la situation
    dans les Bouches du Rhône, et j'aimerais savoir ce qui justifie que cet
    ordre existe encore avec de tels dysfonctionnements ?
    bien cordialement
    Mt XXXXXXXXX, infirmière





    Mr Emmanuel ADAIN Le 18 avril 2013

    Lettre recommandée A/R
    Monsieur Didier BORNICHE
    Président du Conseil national
    de l’Ordre des infirmiers
    228 rue du Faubourg Saint-Martin
    75010 PARIS
    Objet : Démission du Conseil national de l’Ordre des Infirmiers
    Monsieur le Président,
    Je vous adresse par la présente ma démission de mon mandat de conseiller
    national de l’Ordre des infirmiers. Les conditions actuelles de
    fonctionnement du CNOI, l’absence d’action significative au bénéfice de
    la profession, l’absence totale de réponse à mon courriel du 25 mars
    dernier en réponse à mes préoccupations légitimes de transparence et la
    politique désastreuse menée au quotidien à l’encontre des infirmiers
    libéraux ne me permettent plus
    d’exercer ce mandat avec un quelconque espoir de résultats utiles pour
    nos consœurs et nos confrères.
    Nous n’avons à ce jour, soit depuis trois semaines, reçu aucune
    délibération, ni aucun compte rendu du Conseil national extraordinaire
    du 25 mars dernier, pourtant organisé dans un climat d’urgence et
    porteur d’enjeux fondamentaux pour la pérennité de l’Ordre dans toutes
    ses composantes. Ce dernier épisode illustre bien le désert
    d’initiatives et de décisions partagées dans votre méthode de gouvernance.

    Le dépliant adressé aux infirmiers accompagnant l’appel à cotisation
    pour l’année 2013, que vous n’avez pas jugé utile de signer, vante «
    cinq combats pour la profession ». Qu’en est-il vraiment ? Laissez-moi
    plutôt vous mettre en face de vos cinq renoncements qui sont autant
    de défaites pour la profession.
    Renoncement à promouvoir l’expertise infirmière :
    Les exemples abondent malheureusement de votre incapacité permanente à
    soutenir et mettre en valeur cette expertise :
    - Une action résolue pour sauvegarder la qualité de l’accès à la
    formation initiale au niveau européen n’a pas fait partie des priorités
    du CNOI ces derniers mois. Votre Bureau n’a fait que se raccrocher aux
    associations représentatives des formateurs et des étudiants,
    heureusement plus vigilantes que vous pour l’avenir de notre profession !
    - Le groupe de travail ordinal pour contribuer à la réflexion de la
    mission SICARD sur l’accompagnement de la fin de vie a été mis en place…
    le lendemain de la remise du rapport au Président de la République !!
    - Vous n’avez pas jugé bon de faire contribuer le CNOI à l’élaboration
    du « Pacte de confiance pour l’hôpital » commandé à M. Édouard Couty par
    la Ministre de la Santé, alors que les infirmiers représentent les
    professionnels soignants les plus nombreux au sein des établissements de
    santé.
    - Vous vous désintéressez totalement de notre Code de déontologie, outil
    de reconnaissance essentiel de l’éthique et de l’expertise
    professionnelles.

    Qu’avez-vous donc à votre actif dans les « 3 rapports, 7 recommandations
    et 2 recueils d’expertises infirmières » consultables sur le site de
    l’Ordre ? Le CNOI n’a élaboré aucune position sur un quelconque sujet
    professionnel de fond depuis le début de votre mandat en juillet 2011.
    De même, les avis de l’Ordre sur les protocoles de coopération
    interprofessionnelle ne nous sont plus communiqués depuis le début de
    votre présidence.
    D’expertise, soyons francs, sous votre présidence le CNOI n’en a plus!
    Pour la conserver, il aurait fallu l’entretenir ou la renouveler. Vous
    l’avez étouffée sans rien apporter à sa place.
    Renoncement à professionnaliser et accompagner les élus ordinaux de
    proximité :
    Le plan de restructuration que vous avez conçu avec votre Bureau se
    résume à l’abandon des CDOI et l’asphyxie des CROI. Les conseils
    départementaux, qui devaient être le bras de levier de l’Ordre,sont
    exsangues, alors qu’ils sont indispensables à la qualité des relations
    de proximité avec les infirmiers et les institutions qui les emploient.
    Alors qu’ils devront préparer seuls le renouvellement de leurs élus dans
    quelques mois, ils sont toujours en attente,
    comme nous, d’une organisation claire et transparente sur ce sujet. Les
    élus sur terrain se découragent et démissionnent en cascade. Vous
    feignez d’ignorer cette réalité. Les délégations désignées par ARS sont
    si nombreuses que personne au CNOI ne prend même plus la peine de
    s’arrêter un instant sur les causes de cette situation. Alors que notre
    Conseil a la responsabilité et le devoir légal de rendre un avis dans
    chacun de ces cas, vous ne le lui demandez même pas! Le CNOI fonctionne
    en autarcie, ne consulte plus les départements, alors même qu’il prend
    ses décisions avec une représentativité toujours plus mince.

    Nous n’avons pas été informés de la récente réunion des présidents de
    CROI sur les élections à venir. Vous ne vous souciez plus de convoquer
    ni les membres du CNOI ni ceux des CDOI à ces réunions qui étaient
    pourtant, naguère, si riches d’échanges mutuels et précieuses pour la
    cohésion de toutes les composantes de l’Ordre.
    Renoncement à une politique d’égalité dans la gestion du tableau et le
    paiement des cotisations, en vous acharnant de manière systématique à
    poursuivre en priorité les infirmiers libéraux :
    Une grande partie de la survie financière de l’ONI est assise sur la
    cotisation des infirmiers libéraux. Votre vision étriquée de cette
    partie de la profession est édifiante. Vous n’avez eu de cesse de
    poursuivre et effrayer ces confrères pour les contraindre à payer leur
    cotisation. C’est peu de dire que vous traitez bien différemment
    lesinfirmiers salariés. On aurait pu penser que votre statut hospitalier
    vous aurait incité à plus de zèle pour convaincre vos collègues dans les
    hôpitaux. Il n’en est rien, vous y avez renoncé. Vous continuez votre
    acharnement sélectif qui masque mal votre incapacité à entraîner, à
    motiver, qui que ce soit. Le service juridique ̶celui qui écrit vos
    textes pour vous, instruit les plaintes et poursuit les infirmières ̶ est
    bien le dernier qui fonctionne…

    Renoncement à une présidence digne du CNOI:
    Le CNOI est tout sauf serein. Comment pourrait-il l’être ? Tout le monde
    se souvient du soutien dont avait bénéficié l’équipe précédente dont
    vous étiez vice-président. Comment réussir cet exercice schizophrénique
    consistant à nier notre passé commun ? Combien de décisions avez-vous
    votées à l’époque, qu’aujourd’hui vous faites semblant de condamner ?
    La réalité de la « gouvernance partagée » que vous avez tant vantée se
    limite à un Conseil national recroquevillé, un Bureau craintif à l’idée
    de tout partage avec les CROI et CDOI.
    Nous n’avons pas pu bénéficier cette année encore de votre rapport
    d’activité…Et pour cause !
    Vos bavardages sur votre hypothétique sauvetage ordinal ne sauraient
    tromper les infirmiers:
    sous votre présidence, le CNOI n’est plus que l’ombre de lui-même.
    Renoncement à porter et représenter une ambition pour notre profession :
    Une vingtaine de mois sous votre présidence nous ont éclairés sur vos
    compétences, votre expérience et votre dévouement à la tâche, par
    rapport au niveau qu’exige une telle responsabilité. La seule ambition
    qui vous anime ainsi que votre Bureau est à rechercher ailleurs. Vous
    vous sentez mieux dans un « costume » officiel de pure apparence – avec
    d’ailleurs peu de réussite – que dans la tenue de l’infirmier, le
    service véritable et l’échange direct avec vos consœurs et confrères sur
    le terrain.
    À votre image, le Bureau ne s’intéresse plus qu’à la banque, aux
    couloirs du ministère et, bien sûr, aux prochaines élections qui doivent
    concerner la plupart d’entre vous. Quel infirmier peut raisonnablement
    voir là une ambition pour la profession ?

    Ma déception est immense. J’avais inscrit dans ma profession de foi pour
    être élu au Conseil national les priorités suivantes: « Veiller et
    travailler ensemble pour que les principes éthiques, de moralité, de
    probité et de compétences continuent à guider notre action (…) Pour que
    nous puissions ensemble faire évoluer notre profession et être garants
    de nos compétences ».
    Nous en sommes si loin aujourd’hui ! L’enthousiasme des débuts s’est
    échoué sur votre indifférence à l’égard des élus ordinaux et de nos
    missions essentielles. Sur vos calculs et vos comportements de «
    gouvernance », qui sont devenus insupportables. Ma place est bien plus
    utile auprès des patients que dans cette assemblée où vous-même et votre
    équipe avez cessé d’être « soignants ».
    Recevez, Monsieur le Président, les salutations qu’appelle votre triste
    bilan.
    Emmanuel ADAIN


    Monsieur Jean-François BOUSCARAIN
    Conseiller National
    Madame Marielle DUCASTEL
    Conseillère Nationale
    Monsieur Thierry MUNINI
    Conseiller National
    Madame Laurence DOUCET-ROUSSELET
    Conseillère Nationale
    Collège libéral Monsieur Didier BORNICHE
    Président du Conseil national
    de l’Ordre des infirmiers
    228 rue du Fbg Sain Martin
    75010 PARIS
    Le 24 septembre 2012
    Monsieur le Président,
    Vous avez pris la tête de notre Conseil il y a un peu plus d’un an. Vous
    nous promettiez alors une gouvernance ordinale exemplaire. Elle devait
    permettre de surmonter les difficultés dues aux attaques et aux
    constatations de légitimité ordonnées sans arrêt contre l’Ordre national
    des infirmiers depuis le moment de sa naissance.
    Au terme de l’année écoulée, nous pouvons apprécier à sa juste valeur
    votre manière réelle de présider notre institution et ses résultats.
    _*Cette présidence se caractérise par son opacité constante, la minceur
    extrême de sa production et son échec global.*_
    La longue liste des « doléances principales » des départements et
    régions énumérées dans le Doc. CNOI 25/09/12-8 illustre votre carence
    générale en matière de communication « tant en interne qu’en externe »,
    de formation ou de fonctionnement institutionnel collectif.
    En résumé, à peu de choses près,*vous n’informez sur rien, vous ne
    réalisez rien, vous ne diffusez rien, vous n’améliorez rien, vous ne
    consultez sur rien*. Les élus départementaux et régionaux, ainsi démunis
    quasiment de toute information, sont également privés de se rencontrer
    au niveau national et de se concerter avec le CNOI, comme ils le
    faisaient auparavant deux fois par an.
    Le CNOI n’est pas mieux traité que les CDOI et CROI. En dehors de
    l’examen de recours individuels, nos ordres du jour sont devenus
    indigents : plus aucune étude ni proposition de fond sur les sujets
    métier, plus aucune prise de position sur les projets de textes
    officiels ni les événements de l’actualité. Aucun compte rendu de vos
    propres rencontres à l’extérieur.
    *Vous ne respectez même pas les rôles institutionnels ou légal du CNOI
    *: nous n’avons jamais eu ni encore moins débattu le plan de
    restructuration de l’Ordre dont nous ne connaissons toujours pas le
    contenu ! Nous n’avons pas eu à nous prononcer sur le modèle de statuts
    des sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires SISA que vous
    avez pourtant avec les autres ordres rendu public le 25 juillet dernier
    en nous demandant notre avis le 26 juillet par mail !!! Vous n’avez
    soumis à notre vote aucune décision tendant à proposer aux ARS la
    nomination d’une quinzaine de délégations, comme l’exigeait les articles
    L. 4123-10 et L4312-5 du CSP !

    Les derniers documents sur le suivi des inscriptions au tableau illustre
    bien votre façon de prendre en compte le rôle des conseillers
    départementaux. Ainsi comment expliquer le fait que selon celui-ci les
    CDOI inscrivent des infirmiers tous les mois alors que pour la plupart
    ils ne se réunissent que tous les trois mois ? *Vous négligez de faire
    respecter un principe de base de la procédure : la décision doit être
    prise par le CDOI réuni en séance*. Toutes les décisions d’octroi ou de
    refus prises hors séance sont ainsi illégales. Comme vous nous l’avez si
    bien rappelé en son temps dans une lettre ouverte signée de votre main
    et de celui de notre secrétaire général le 20 février 2011 « A l’heure
    d’internet, aucune urgence n’implique que vous soyez contraints de
    répondre vite et toujours seuls « .
    A l’inverse, certains ne brillent pas par leur activisme en la matière.
    Par exemple, la région que vous présidez reste inférieure à la moyenne
    nationale pour le pourcentage d’inscrits au tableau ordinal par rapport
    au fichier de la DREES (20%). La Seine-Maritime, dont vous êtes le
    vice-président et que préside votre Secrétaire général, n’a inscrit que
    4 infirmiers entre le 2 juillet et le 20 septembre derniers…
    Mais au-delà de ces carences flagrantes, un mal s’est installé plus
    profondément. En effet, notre Ordre n’a pas été conçu simplement pour
    attribuer aux infirmiers un numéro d’inscription payant, à la place d’un
    numéro d’enregistrement gratuit ! Ni pour remplacer un fichier
    administratif défectueux par un tableau *condamné, hélas, aujourd’hui, à
    être bien plus déficient encore*.*Ni pour financer indéfiniment une
    structure devenue éloignée du terrain*, ayant perdu ses moyens minima
    indispensables, la mise en oeuvre d’une expertise métier, son rôle de
    guidance professionnelle et tout le dynamisme et la crédibilité que nous
    possédions antérieurement à votre présidence.
    L’Ordre national des infirmiers devait contribuer à éclairer les
    confrères sur leur déontologie. Les aider parmi les difficultés de leur
    exercice quotidien. Améliorer les textes qui régissent notre pratique.
    Promouvoir pour la profession un avenir à la hauteur de son potentiel et
    des besoins des patients.
    Clairement, « cette gouvernance » n’a pas le degré d’engagement
    personnel ni l’intention et/ou la capacité nécessaires pour porter ces
    ambitions. Le capital de compétences, de dévouement et d’espérance dont
    vous avez eu la chance d’hériter à l’été 2011 est maintenant dissipé.
    Les opposants de notre Ordre ont efficacement organisé son étranglement
    financier, mais cette gouvernance y aura ajouté une sorte de mort
    cérébrale immédiate. Celle-ci contribue tout aussi sûrement à l’échec
    programmé, en décourageant nos élus et les infirmiers qui croyaient en
    notre grande mission.
    Relisez donc encore votre lettre ouverte. Elle faisait la leçon sur une
    prétendue « crise de gouvernance », un défaut de concertation interne
    (d’« un mail de « premier jet » aux 52 membres du CNOI » !!), un manque
    de « relation constructive » avec l’Etat. Quels ont donc été vos propres
    succès auprès de M. X. BERTRAND puis de Mme M. TOURAINE ?
    Il n’est donc pas étonnant que vous n’ayez préparé aucun rapport
    d’activité sur cette année de votre présidence : que pourriez-vous y
    inclure, en dehors de cette fameuse « restructuration », qui n’évitera
    pas la ruine d’un Ordre sacrifié à d’autres intérêts ?
    Personne ne peut plus se dissimuler l’abaissement présent de cet Ordre
    qui nous était cher. Quant à nous, nous ne voulons pas faire semblant de
    l’ignorer. Encore moins le cautionner au nom des *infirmiers libéraux,
    alors que ces confrères sont ciblés plus que tout autres pour financer
    une part disproportionnée d’un budget ordinal devenu pratiquement sans
    objet.*

    C’est pourquoi, après tant de collègues (souvent parmi les meilleurs,
    dans toutes les formes d’exercice et à tous les niveaux de
    l’institution) qui en ont déjà tiré la même conséquence et dont *vous
    nous avez caché très souvent les démissions*, nous vous signifions par
    la présente nos démissions du CNOI que nous considérons dans sa forme
    actuelle et comme vous l’avez défini en février 2011 « peu à l’écoute
    des professionnels qu’il représente ».
    Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos salutations
    confraternelles désolées.
    Marielle DUCASTEL Laurence DOUCET-ROUSSELET
    Conseillère Nationale Conseillère Nationale
    Collège libéral Collège libéral
    Jean-François BOUSCARAIN Thierry MUNINI
    Conseiller National Conseiller National
    Collège libéral Collège libéral

    Information du syndicat Résilience sur la situation dans les Bouches du
    Rhône :

    A Marseille notre adhérente CB se bat encore et toujours depuis 2009
    pour faire reconnaître son bon droit et, au principal, s’interroge sur
    le fait que le conseil de l’ordre des infirmiers a fermé –
    volontairement – les yeux sur l’existence de cabinets de soins
    infirmiers au sein duquel exerçaient plus d’une dizaine d’infirmières
    libérales, travaillant de concerts sous les ordres et la gestion de la
    propriétaire des lieux.

    Ceci alors même que le conseil national Infirmier précise sur son site
    internet officiel que, selon le Conseil d’État, au-delà d’un
    collaborateur, le contrat de collaboration infirmier est susceptible
    d’être requalifié en contrat de travail.

    Contre toute attente cette gérante, infirmière marseillaise, dont le
    président Didier Borniche a évoqué, dans un droit de réponse à
    RESILIENCE, publié sur Actu Soins, que ce n’était pas à l’ordre de
    vérifier les compétences acquises avant que de l’enregistrer au tableau
    départemental.

    Alors même qu’il est plus qu’évident que le fait d’avoir pu, pour cette
    dernière, s’installer en qualité d’infirmière libérale en France, 30
    jours seulement après avoir obtenu un diplôme infirmier en Italie, et,
    plus surprenant encore, avant même, que le titre de son diplôme ne soit
    reconnu par l’Union Européenne, posait déjà question(Source DGOS –
    Ministère de la santé).

    L’affaire embarrasse, en haut lieu (le conseil national) et quatre
    conseillers nationaux démissionneront ainsi de leurs fonctions
    ordinales, rapportant avoir eu connaissance d’inscriptions « litigieuses
    » et donc illégales au tableau de l’ordre, les dossiers étaient clos,
    hors les commissions départementales, en dépit de procédures internes à
    l’ordre infirmier, écrites et sans aucune confusion possible (selon une
    source proche du dossier, plusieurs dizaines de cas à Marseille, par
    manque de temps et de personnel mais dans la précipitation d’encaisser
    le plus rapidement possible des chèques de cotisations demandés à
    l’inscription, le bilan financier de l’oni étant catastrophique, chaque
    euro compte ++).

    Cette toute jeune diplômée infirmière, responsable de cabinet de soins,
    ayant, entre autre, reconnu par écrit devant les responsables de l’ordre
    infirmier, s’être livrée à la rémunération sur ses fonds propres, de la
    main à la main, sans aucune facture de rétrocession d’honoraires, une
    infirmière collaboratrice (fraude fiscale ?).

    Ces faits, au demeurant grave, évacués des dossiers au gré de la
    procédure en chambre nationale disciplinaire, pose un sérieux problème
    de compétences et de responsabilités.

    Au regard de la réglementation en vigueur, et des prérogatives incombant
    à l’ordre qui va rester «fort silencieux » devant ces graves dérives,
    alors qu’il n’ignore pas, que cette pratique a duré des années, et, que
    conséquence inévitables son adhérente a fait encaisser à ses
    collaboratrices, des actes de soins sur des patients non connus d’elle
    même, n’ayant jamais mis les pieds aux domiciles concernés.

    Cette pratique qu’interdit la Convention nationale infirmière, tombe
    sous le coup de la Loi, et, au-delà révèle l’existence d’un travail
    dissimulé, (acceptable par les représentants élus de l’ordre marseillais
    qui auraient du trouver, nous semble t’il à RESILIENCE, pour l’honneur
    et la défense de la profession un prolongement judiciaire.

    Devant cette inaction surprenante, ce non respect des textes
    réglementaires, il est normal que notre adhérente se pose la question
    légitime de comprendre quel est son intérêt d’être contrainte par la
    Loi, de verser à l’ordre infirmier une redevance annuelle de 75 € (tous
    les dix mois) à un organisme censé la défendre et la protéger de ce type
    de malversation, de magouilles.

    Tout cela alors que le Code de la Santé Publique interdit, de fait à une
    infirmière d’employer et de rémunérer, une IDE.

    Seul un employeur déclaré au commerce peut rétribuer un collaborateur
    pour une prestation qu’il va effectuer au domicile d’un client de
    l’entreprise, et le donneur d’ordre, se faire régler directement par son
    client, qui se trouve être la Caisse d’Assurance Maladie des Bouches du
    Rhône !

    Notre adhérente n’a pu que faire reconnaître en allant devant la chambre
    disciplinaire en «appel» à Paris et devant un Conseiller d’État, le
    détournement d’actes, commis à son préjudice.

    Notre adhérente, soutenue par RESILIENCE, ne baisse pas pour autant les
    bras et demande que soit reconnu, cette fois devant les autorités
    judiciaires qu’après avoir quitté définitivement ce cabinet infirmier en
    octobre 2009, son identité a été, a son insu, utilisées bien après son
    départ sur des DSI et en janvier 2010 sur des documents officiels, à
    l’aide de sa signature et d’un tampon professionnel infirmier
    contrefait, comportant ses identifiants, ceci ayant eu pour conséquence
    d’accoler , son patronyme durant les années 2010 et 2011 à un numéro de
    téléphone d’un centre de soins « fictif ». Centre réputé ouvert, selon
    les encarts publicitaires existant sur les Annuaires des Professionnels
    de Santés de P.A.C.A.
    Un simple répondeur téléphonique renvoyant les appels des patients sur
    la ligne d’un autre cabinet infirmier où son ancienne « patronne n’ayant
    quasiment jamais exercé» est installée, en compagnie d’une dizaine de
    collaboratrices infirmières dites « libérales ».


    _________________



    avatar
    infirmiermasqué

    Messages : 1896
    Date d'inscription : 18/07/2010

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par infirmiermasqué le Mar 30 Avr 2013 - 8:38

    J'ai envoyé celle de seringue.

    à
    Mesdames et messieurs
    les Parlementaires.
    Strasbourg, le 23 avril 2013.
    Mesdames et messieurs les
    Sénateurs et les Députés,
    comme suite à la lettre du 09 avril dernier que nous avons envoyé à monsieur le
    Président de la République, voir copie jointe, nous vous adressons ceci :
    nos concitoyens et particulièrement les 560 000 infirmières en exercice et les autres
    90 000 paramédicaux professionnels de la Santé sont excédés des
    dysfonctionnements et autres mauvaises nouvelles qui s'accumulent, chaque jour, aux
    journaux télévisés de 13 et 20 heures.
    Plus on demande d'efforts, notamment financiers, aux salariés, moins les élus font
    preuve de ces mêmes efforts en matière de retraite ou encore de transparence dans
    l'utilisation des fonds qui leurs sont alloués, pour ne prendre que ces deux exemples …
    Le déballage médiatico politique organisé en guise de « bon pour solde de tous
    comptes » depuis une semaine et l'affaire – honteuse – dite « Cahuzac », ne suffira
    pas à nous faire oublier, les manquements graves et répétitifs des élus. Sans tomber
    dans le sempiternel « tous pourris », convenez, mesdames et messieurs les
    Parlementaires que çà commence à faire beaucoup !
    Les professionnels paramédicaux ont, eux, de la mémoire et se souviennent qu'il y a
    moins d'une année, les opposants d'alors, actuellement au Gouvernement, en charge
    des affaires, leur avait promis de modifier les ordres paramédicaux, certaines PPL
    ayant été rédigées en ce sens, mais n'ayant jamais dépassé le tiroir du Bureau de
    l'Assemblée Nationale et/ou du Sénat où elles s'entassent comme des milliers d'autres
    promesses de campagne, depuis des dizaines d'années, toutes orientations politiques
    confondues.
    Il est bien une commission issue du groupe socialiste et apparentés qui travaille sur le
    sujet mais si d'aventure, la volonté politique venait à s'affirmer, une nouvelle PPL que
    nous appelons de nos voeux devrait inévitablement passer devant les Commissions
    des Affaires Sociales des deux Assemblées.
    Cette promesse de campagne que nous n'oublions pas a, au moins, le mérite de ne
    coûter aucun euro au budget de la Nation puisque, notamment l'ordre infirmier, les
    structures ordinales paramédicales continuent de faire doublon avec les services de
    l'État.
    Aujourd'hui, RESILIENCE, syndicat professionnel infirmier, annonce le dépôt de
    plusieurs plaintes devant les tribunaux de la République, certaines chambres
    disciplinaires ayant fait oeuvre, au mieux d'amateurisme, au pire de magouilles et
    autres tripatouillages dont nous aurons, bientôt, à démontrer, preuves à l'appui, les
    graves entorses aux règles de droit.
    La gestion calamiteuse de l'ordre infirmier fait apparaître, 14 millions d'euros au
    minimum de dettes et autres impayés, l'oni revendiquant, lui, 84 millions d'euros de
    cotisations impayées, cotisations qu'il n'encaissera jamais.
    Mesdames et messieurs les Parlementaires, en période de vaches maigres, en période
    d'usure aggravée de la profession infirmière, sous bien des angles, le respect de la
    parole donnée est, là aussi, un acte qui ne coûte rien mais qui peut rapporter
    beaucoup. Comme l'ensemble des français, nous serons bientôt amenés à nous rendre
    aux urnes, les dernières élections partielles ayant – déjà – annoncé la couleur d'une
    plus grande radicalisation, encore, de nos concitoyens. La confiance fait défaut, sur
    bien des points, notre économie en fait les frais chaque jour, la récession annoncée et
    confirmée en étant la meilleure et aussi la plus terrible preuve. Cette confiance que
    vous sollicitez à chaque nouvelle élection est ainsi bafouée, car les électeurs boudent,
    comme récemment en Alsace, les scrutins, les uns après les autres.
    Le sujet ordinal n'est, certes pas, à vos yeux prioritaire, mais il a pour principale
    qualité de retenir, inlassablement, infatigablement, nos efforts et notre demande
    aujourd'hui, une nouvelle fois renouvelée, du maintient des promesses, il concerne
    aussi, le premier corps de métier de notre Pays, au service et au contact permanent
    de la population.
    Recevez, mesdames et messieurs les Élus, nos salutations infirmières citoyennes
    déterminées.
    Hugues Dechilly,
    secrétaire général,
    infirmier diplômé d'État,
    en exercice illégal
    depuis le 21 décembre 2006.
    RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par seringatomik le Mar 30 Avr 2013 - 13:22

    copieur !


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    Domy73
    Domy73

    Gémeaux Messages : 41
    Date d'inscription : 21/02/2013
    Age : 62
    Localisation : Chambéry / Savoie

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Domy73 le Mar 30 Avr 2013 - 23:17

    Courrier pour les parlementaires de Savoie posté ce matin, aux 4 députés, et aux 2 sénateurs. La moitié est dans la majorité, la moitié dans l'opposition, comme ça il y en a pour tout le monde.
    Du coup ce matin, dans mon service, nous avons parlé un peu de l'ordre, notre nouvelle cadre arrive de Martigues et jusqu'à présent cotisait à l'ordre, parce qu'à l'hopital de martigues, visiblement ils n'embauchent pas si les IDE ne sont pas inscrites à l'ordre. Nous lui avons expliqué ce qu'il en était à Chambéry, que personne ne cotise, qu'aucun dossier ne nous parvient, et que les syndicats dès le départ ont fait barrage. Je pense que la direction a pris cette option parce qu'il faut bien le dire, nous n'entendons pas parler du tout de l'ordre infirmier ici depuis quelques mois. Du coup notre cadre nous a dit : et bien tant mieux, je ne paierais donc plus !!! mdr Dès que j'ai des réponses, je vous transmets. Bon 1er mai

    Contenu sponsorisé

    Lettre aux parlementaires Empty Re: Lettre aux parlementaires

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 20 Aoû 2019 - 15:46