Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    quand l'ordre XXXXXXXXXXX vivait (et vit toujours) comme un parasite sur le dos des autres cdoi ...

    syndicat RESILIENCE
    syndicat RESILIENCE

    Messages : 2178
    Date d'inscription : 08/01/2011

    quand l'ordre XXXXXXXXXXX vivait (et vit toujours) comme un parasite sur le dos des autres cdoi ... Empty quand l'ordre XXXXXXXXXXX vivait (et vit toujours) comme un parasite sur le dos des autres cdoi ...

    Message par syndicat RESILIENCE le Ven 7 Aoû 2015 - 7:22

    et c'est pas Résilience qui le dit, c'est la Taulière :



    Monsieur  modération
    Président du Conseil départemental de l'Ordre des infirmiers  modération
    modération

    Paris, le 7 juillet 2011

    Secrétariat :  modération  
    presidente.cnoi@ordre-infirmiers.fr

    Réf :  modération

    Monsieur le Président,

    modération

    Vous poursuivez ainsi sans relâche le feuilleton de vos attaques violentes à mon encontre.
    Des attaques qui utilisent régulièrement des moyens que vous savez être déloyaux : le mensonge, l'illégalité et le viol flagrant de nos règles communes.

    Chaque fois que possible, j'ai préféré garder là-dessus ma réserve, pour maintenir au sein de notre institution un équilibre confraternel propre à soutenir l'action collective. Mais votre volonté personnelle, obstinée, de nuire — une fois de plus abritée sous le couvert du  modération  — ne connaît plus de limite. Je suis donc contrainte d'y répondre, pour l'édification de tous nos collègues sur ce que valent, à la fois, vos prétentions et votre bilan ordinal personnel.

    Vos prétentions

    modération

    Le mensonge

    modération

    L'illégalité

    Pour les raisons très claires, on ne « révoque » pas un élu en cours de mandat sans que la loi, par exception, l'autorise. C'est pourquoi je ne saurais être tentée de demander au CNOI, ou au  modération  votre propre révocation...

    Mais j'ai le devoir de ne pas permettre des manœuvres illégales au sein de notre Conseil, qui est le garant ultime du droit au sein de notre Ordre. Vous avez appelé à une telle illégalité : vous n'avez naturellement pas eu satisfaction. C'est pourquoi vous avez quitté la séance avec un certain nombre de collègues.

    Allez-vous recommencer ? Eh bien, oui ! Et non content de vouloir répéter votre tentative de coup de force le 8 juillet, vous nous annoncez déjà qu'elle va réussir !

    Quel démocrate, à nouveau, se cache en vous (l).

    Le viol de nos règles

    Vous méprisez toujours plus gravement notre règlement de l'Ordre, qui dispose (point 2. I. I ) : « En toute circonstance, le conseiller ordinal veille à donner une bonne image de l'institution. Il s'interdit, à son égard, tout propos de nature à nuire à son crédit. II s'abstient de dénigrer ou contredire publiquement une position ou décision qu'elle a arrêtée. Ce principe de loyauté s'applique de la même manière à titre collectif, aux différents conseils qui représentent l'ONI pour les infirmiers et à l’extérieur. »

    En piétinant ainsi notre loi commune, vous ruinez votre propre légitimité. Mais en outre, vous portez des coups très durs au crédit moral de l'Ordre. Donc à son existence, car elle y est intimement liée. Il n'est pas étonnant que les rapports de l'Ordre avec certains partenaires institutionnels puissent se détériorer, comme vous l'avez complaisamment souligné ailleurs, quand quelques-uns, dans nos rangs, mènent cette politique malveillante de terre brulée. Mais peut être votre politique est-elle, justement, celle du pire ?

    Votre bilan ordinal personnel

    Sur ces bases détestables, vous nous annoncez donc, à partir du 8 juillet, « une nouvelle gouvernance, pour répondre au mieux aux attentes des infirmières de terrain, dans un climat apaisé. »

    Nous venons de voir quelle est votre qualification en matière de promotion de la paix... Mais nous pouvons aussi mesurer vos performances ordinales personnelles, pour nous demander à quoi ressemblerait une éventuelle « nouvelle gouvernance » à votre image.

    Vos performances d'inscription au tableau

    La gouvernance du  modération  se caractérise par une inertie remarquable, dans le premier département de France, où l'Ordre aurait tant à faire utilement.

    Les inscriptions à votre tableau se montent à 10,23 % de l'effectif du répertoire ADELI, contre une moyenne nationale de 18,68%. Cela classe  modération  dans les dernières positions de toute la France.

    A titre indicatif, les 40 premiers départements réalisent un taux d'inscriptions d'au moins 20 0/0. Cinq dépassent les 35%. Les 17 départements ayant moins de 2 000 infirmiers au fichier ADELI ont inscrit plus de deux fois plus d'infirmiers que  modération ! Ces départements, que vous évoquez volontiers avec condescendance, n'ont donc aucune leçon à recevoir de vous.

    Vos autres réalisations

    Il suffit de consulter notre site Internet national et ceux des CDOI et CROI, grâce aux liens de notre réseau, pour constater le foisonnement et la richesse de nos travaux, sans hiérarchie ni d'intérêt, ni de lieu. Le Conseil départemental de  modération  n'a pas souhaité intégrer ce réseau. Je vous invite néanmoins à vous instruire et à prendre des leçons auprès de bien des départements.

    En visitant le site de votre Conseil, en effet, on y voit bien peu de réalisations. En dehors des réunions internes à l'institution et de vos diverses "motions" ou
    "communiqués", étrangers à vos compétences départementales, je n'y ai noté que très peu d'initiatives départementales.

    En vertu de l'article L. 4312-3, I, précité du CSP et de notre règlement intérieur (point 3.2.1 : Information réciproque), je vous demande donc communication de toutes vos délibérations de Conseil, hors inscriptions au tableau, pour que chacun puisse juger de vos initiatives et de vos réalisations.

    Par ailleurs, en tant que membre du Conseil national, quelle contribution personnelle avez-vous apportée à la somme considérable de travaux qui en sont sortis depuis deux ans et demi ?

    Vous n'avez demandé ni accepté d'animer aucun travail, aucune réflexion, de préparer aucun document, sauf un : concernant, justement, les services que l'Ordre pourrait proposer aux « infirmiers de terrain ». Il était si faible que le Conseil, ne pouvant rien en faire en l'état, vous a demandé de le reprendre mais, depuis, nous n'en avons plus entendu parler.

    Pensez-vous, au vu de ce bilan indigent, inspirer « un élan qui ne peut être porté que par une équipe renouvelée » ou incarner « un souffle nouveau » selon les expressions d'un autre de vos communiqués, le 31 mars dernier ?

    Votre gestion

    Vous vous plaisez à critiquer sans cesse la gestion budgétaire du Conseil national, qui aurait, notamment, prévu des moyens excessifs pour nos différents conseils

    A cet égard, il est bien facile de faire état de frais de fonctionnement réduits à  modération . Les déplacements y sont aisés, grâce à un maillage très dense des transports en commun, et leur coût est largement pris en charge par les employeurs. II n'en va pas de même pour les départements ruraux et les grandes métropoles de province : là, il en coûte aux élus en temps et en argent de se déplacer d'un bout du département à l'autre, sans compter les conditions climatiques qui peuvent compliquer encore ces déplacements.

    Vous prétendez que le Bureau national est loin des réalités du terrain. II me semble au contraire que votre  modération  vous égare, loin de tous les confrères que je rencontre partout, au plus près de leurs réalités locales. J'ajoute que le Conseil départemental de  modération  est logé depuis le début avec le Conseil national dans les premiers locaux loués en France par l'Ordre. II échappe donc à tous les soucis matériels et il a toutes facilités d'accès à nos services communs. Les autres CDOI ne sont pas tous à la même enseigne. Votre vision des choses est donc peu décente, quand vous profitez de commodités que beaucoup vous envient.

    En comparaison des petits départements souvent actifs face à la pénurie médicale française, où le rôle des infirmiers est primordial en matière de qualité des soins, un Conseil départemental de  modération au fonctionnement quasi inerte coûte, lui, beaucoup trop cher aux infirmiers, tant par la pauvreté de ses initiatives que par l'absence de recettes qui font gravement défaut à l'institution tout entière. Ce sont les autres CDOI qui financent celui de modération  I

    L'équilibre du budget prévu pour vous le 29 mars dernier, en fonction de vos demandes, nécessiterait, avec la cotisation des infirmiers salariés à 30 €, d'inscrire à  modération  cette année 6,5 fois plus d'infirmiers que ceux déjà inscrits en deux ans. Soit 15 000 dossiers à gérer, cotisations à recevoir ou à relancer, des appels téléphoniques à l'avenant, etc. Allez-vous atteindre cet objectif demain plus qu'hier ?

    En bref, il incombe à votre propre gouvernance de veiller à remplir vos missions départementales, plutôt que de dénigrer vos collègues qui travaillent davantage ailleurs.

    Pour terminer, je voudrais vous faire part à titre personnel de mon affliction, face aux comportements déloyaux que vous m'avez contrainte à relever ci-dessus.

    L'Ordre national des infirmiers n'a pas seulement des préoccupations juridiques, techniques et matérielles. II a d'abord, fondamentalement, une vocation éthique. C'est pour cela aussi que tous les coups n'y sont pas permis.

    Un élu ordinal qui s'enfonce dans des pratiques incompatibles avec les valeurs et les engagements que, devant les infirmières et les infirmiers, nous nous sommes donnés, perd ce qu'il a de plus précieux dans le sens que doit revêtir son mandat.

    Je préfère me souvenir d'un temps pas si lointain où nous préparions ensemble un Ordre par amour de notre profession. C'est ce qui a réuni les femmes et hommes dont vous faisiez alors partie, nous qui « défendions inconditionnellement ces principes éthiques et ces valeurs humanistes qui donnent à l'exercice de notre profession tout son sens et sa portée pour répondre au mieux aux besoins de la population ». Aujourd'hui, j'en ai bien peur, c'est la divergence sur le sens de notre action, tournée pour ce qui me concerne vers nos confrères et nos patients, et non vers des démarches polémiques et personnelles, qui nous sépare.

    Recevez, dans cet esprit, Monsieur le Président, mes salutations attristées.

    modération modération


    _________________



    Solange Granier
    Solange Granier

    Messages : 1035
    Date d'inscription : 16/07/2012
    Localisation : Le grand Est

    quand l'ordre XXXXXXXXXXX vivait (et vit toujours) comme un parasite sur le dos des autres cdoi ... Empty Re: quand l'ordre XXXXXXXXXXX vivait (et vit toujours) comme un parasite sur le dos des autres cdoi ...

    Message par Solange Granier le Ven 7 Aoû 2015 - 7:33

    Ah, c'était la grande époque quand Dame la Taulière recevait 13 couteaux dans le dos pour le prix de 12 dès qu'elle mettait un pied en dehors de son bureau présidentiel. Par contre, le dénommé ci-dessus n'était pas le seul à la descendre en permanence. Y en a même un qui passait son temps à vouloir la pousser par la fenêtre du 3° étage de la rue saint machin pour mieux lui piquer sa place. Il a même eu la peau du président intérimaire qui s'en est offusqué dans l'article de RUE89. http://rue89.nouvelobs.com/2011/08/06/letat-sauve-lordre-des-infirmiers-de-la-deroute-financiere-216757
    En attendant, elle avait du répondant Dame la Taulière ! Rien que pour çà (et pour tout le reste, je la regrette énormément). Parce que celui qui lui reprochait sa gouvernance, ne fait pas mieux.

      La date/heure actuelle est Mar 22 Oct 2019 - 20:03