Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    Démission d'un conseiller en 2013 : sa lettre.

    necronomicon
    necronomicon
    Modérateur

    Verseau Messages : 4231
    Date d'inscription : 29/05/2010
    Age : 61
    Localisation : Le Berry profond

    Démission d'un conseiller en 2013 : sa lettre. Empty Démission d'un conseiller en 2013 : sa lettre.

    Message par necronomicon le Jeu 12 Mar 2015 - 7:19

    1 / 2
    Mr Emmanuel ADAIN Le 18 avril 2013

    Lettre recommandée A/R
    Monsieur Didier BORNICHE
    Président du Conseil national
    de l'Ordre des infirmiers
    228 rue du Faubourg Saint-Martin
    75010 PARIS
    Objet : Démission du Conseil national de l’Ordre des Infirmiers
    Monsieur le Président,
    Je vous adresse par la présente ma démission de mon mandat de conseiller national de l’Ordre
    des infirmiers. Les conditions actuelles de fonctionnement du CNOI, l’absence d’action
    significative au bénéfice de la profession, l’absence totale de réponse à mon courriel du
    25 mars dernier en réponse à mes préoccupations légitimes de transparence et la politique
    désastreuse menée au quotidien à l’encontre des infirmiers libéraux ne me permettent plus
    d’exercer ce mandat avec un quelconque espoir de résultats utiles pour nos consœurs et nos
    confrères.
    Nous n’avons à ce jour, soit depuis trois semaines, reçu aucune délibération, ni aucun compte
    rendu du Conseil national extraordinaire du 25 mars dernier, pourtant organisé dans un climat
    d’urgence et porteur d’enjeux fondamentaux pour la pérennité de l’Ordre dans toutes ses
    composantes. Ce dernier épisode illustre bien le désert d’initiatives et de décisions partagées
    dans votre méthode de gouvernance.
    Le dépliant adressé aux infirmiers accompagnant l’appel à cotisation pour l’année 2013, que
    vous n’avez pas jugé utile de signer, vante « cinq combats pour la profession ». Qu’en est-il
    vraiment ? Laissez-moi plutôt vous mettre en face de vos cinq renoncements qui sont autant
    de défaites pour la profession.2 / 2
    Renoncement à promouvoir l’expertise infirmière :
    Les exemples abondent malheureusement de votre incapacité permanente à soutenir et mettre
    en valeur cette expertise :
    - Une action résolue poursauvegarder la qualité de l’accès à la formation initiale au niveau
    européen n’a pas fait partie des priorités du CNOI ces derniers mois. Votre Bureau n’a
    fait que se raccrocher aux associations représentatives des formateurs et des étudiants,
    heureusement plus vigilantes que vous pour l’avenir de notre profession !
    - Le groupe de travail ordinal pour contribuer à la réflexion de la mission SICARD sur
    l’accompagnement de la fin de vie a été mis en place… le lendemain de la remise du
    rapport au Président de la République !!
    - Vous n’avez pas jugé bon de faire contribuer le CNOI à l’élaboration du "Pacte de
    confiance pour l’hôpital" commandé à M. Édouard Couty par la Ministre de la Santé,
    alors que les infirmiers représentent les professionnels soignants les plus nombreux au
    sein des établissements de santé.
    - Vous vous désintéressez totalement de notre Code de déontologie, outil de
    reconnaissance essentiel de l’éthique et de l’expertise professionnelles.
    Qu’avez-vous donc à votre actif dans les « 3 rapports, 7 recommandations et 2 recueils
    d’expertises infirmières » consultables sur le site de l’Ordre ? Le CNOI n’a élaboré aucune
    position sur un quelconque sujet professionnel de fond depuis le début de votre mandat en
    juillet 2011. De même, les avis de l’Ordre sur les protocoles de coopération
    interprofessionnelle ne nous sont plus communiqués depuis le début de votre présidence.
    D’expertise, soyons francs, sous votre présidence le CNOI n’en a plus! Pour la conserver, il
    aurait fallu l’entretenir ou la renouveler. Vous l’avez étouffée sans rien apporter à sa place.
    Renoncement à professionnaliser et accompagner les élus ordinaux de proximité :
    Le plan de restructuration que vous avez conçu avec votre Bureau se résume à l’abandon des
    CDOI et l’asphyxie des CROI. Les conseils départementaux, qui devaient être le bras de
    levier de l’Ordre,sont exsangues, alors qu’ils sont indispensables à la qualité des relations de
    proximité avec les infirmiers et les institutions qui les emploient. Alors qu’ils devront
    préparer seuls le renouvellement de leurs élus dans quelques mois, ils sont toujours en attente,
    comme nous, d’une organisation claire et transparente sur ce sujet. Les élus sur terrain se
    découragent et démissionnent en cascade. Vous feignez d’ignorer cette réalité. Les
    délégations désignées par ARS sont si nombreuses que personne au CNOI ne prend même
    plus la peine de s’arrêter un instant sur les causes de cette situation. Alors que notre Conseil a
    la responsabilité et le devoir légal de rendre un avis dans chacun de ces cas, vous ne le lui
    demandez même pas! Le CNOI fonctionne en autarcie, ne consulte plus les départements,
    alors même qu’il prend ses décisions avec une représentativité toujours plus mince. 3 / 2
    Nous n’avons pas été informés de la récente réunion des présidents de CROI sur les élections
    à venir. Vous ne vous souciez plus de convoquer ni les membres du CNOI ni ceux des CDOI
    à ces réunions qui étaient pourtant, naguère, si riches d’échanges mutuels et précieuses pour la
    cohésion de toutes les composantes de l’Ordre.
    Renoncement à une politique d’égalité dans la gestion du tableau et le paiement
    des cotisations, en vous acharnant de manière systématique à poursuivre en priorité
    les infirmiers libéraux :
    Une grande partie de la survie financière de l’ONI est assise sur la cotisation des infirmiers
    libéraux. Votre vision étriquée de cette partie de la profession est édifiante. Vous n’avez eu de
    cesse de poursuivre et effrayer ces confrères pour les contraindre à payer leur cotisation. C’est
    peu de dire que vous traitez bien différemment lesinfirmiers salariés. On aurait pu penser que
    votre statut hospitalier vous aurait incité à plus de zèle pour convaincre vos collègues dans les
    hôpitaux. Il n’en est rien, vous y avez renoncé. Vous continuez votre acharnement sélectif qui
    masque mal votre incapacité à entraîner, à motiver, qui que ce soit. Le service juridique ̶celui
    qui écrit vos textes pour vous, instruit les plaintes et poursuit les infirmières ̶ est bien le
    dernier qui fonctionne...
    Renoncement à une présidence digne du CNOI:
    Le CNOI est tout sauf serein. Comment pourrait-il l’être ? Tout le monde se souvient du
    soutien dont avait bénéficié l’équipe précédente dont vous étiez vice-président. Comment
    réussir cet exercice schizophrénique consistant à nier notre passé commun ? Combien de
    décisions avez-vous votées à l’époque, qu’aujourd’hui vous faitessemblant de condamner ?
    La réalité de la "gouvernance partagée" que vous avez tant vantée se limite à un Conseil
    national recroquevillé, un Bureau craintif à l’idée de tout partage avec les CROI et CDOI.
    Nous n’avons pas pu bénéficier cette année encore de votre rapport d’activité…Et pour
    cause !
    Vos bavardages sur votre hypothétique sauvetage ordinal ne sauraient tromper les infirmiers:
    sous votre présidence, le CNOI n’est plus que l’ombre de lui-même.
    Renoncement à porter et représenter une ambition pour notre profession :
    Une vingtaine de mois sous votre présidence nous ont éclairés sur vos compétences, votre
    expérience et votre dévouement à la tâche, par rapport au niveau qu’exige une telle
    responsabilité. La seule ambition qui vous anime ainsi que votre Bureau est à rechercher
    ailleurs. Vous vous sentez mieux dans un "costume" officiel de pure apparence – avec
    d’ailleurs peu de réussite – que dans la tenue de l’infirmier, le service véritable et l’échange
    direct avec vos consœurs et confrères sur le terrain.
    À votre image, le Bureau ne s’intéresse plus qu’à la banque, aux couloirs du ministère et, bien
    sûr, aux prochaines élections qui doivent concerner la plupart d’entre vous. Quel infirmier
    peut raisonnablement voir là une ambition pour la profession ?4 / 2
    Ma déception est immense. J’avais inscrit dans ma profession de foi pour être élu au Conseil
    national les priorités suivantes: « Veiller et travailler ensemble pour que les principes
    éthiques, de moralité, de probité et de compétences continuent à guider notre action (...) Pour
    que nous puissions ensemble faire évoluer notre profession et être garants de nos
    compétences ».
    Nous en sommes si loin aujourd’hui ! L’enthousiasme des débuts s’est échoué sur votre
    indifférence à l’égard des élus ordinaux et de nos missions essentielles. Sur vos calculs et vos
    comportements de « gouvernance », qui sont devenus insupportables. Ma place est bien plus
    utile auprès des patients que dans cette assemblée où vous-même et votre équipe avez cessé
    d’être « soignants ».
    Recevez, Monsieur le Président, les salutations qu’appelle votre triste bilan.
    Emmanuel ADAIN


    _________________




      La date/heure actuelle est Ven 23 Aoû 2019 - 8:43