Bienvenue sur le forum RESILIENCE - Rejoignez nous dans la lutte contre l'Ordre National des Infirmiers


Contrairement aux idées reçues et véhiculées ici où là, l'oni n'est pas mort et enterré

 Soutien total et inconditionnel aux  pédicures-podologues et aux kinés qui passent au tribunal


Mobilisez vous, écrivez à votre député/sénateur !


Les adhésions sont ouvertes dans la section "Adhésion"

    RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires.

    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires. Empty RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires.

    Message par seringatomik le Mar 30 Sep 2014 - 5:26

    RESILIENCE syndicat national infirmier
    à
    Mesdames et messieurs les Sénateurs et Députés.

    Strasbourg, le 30 septembre 2014.

    Objet : ordre infirmier – ordres professionnels – censure – démocratie ( ?)


    Mesdames et messieurs les Parlementaires,


    aujourd’hui 30 septembre 2014, le syndicat infirmier RESILIENCE est convoqué au Tribunal de Grande Instance de Paris, à la demande de l’ordre infirmier qui a exigé (ni plus, ni moins) la dissolution de notre syndicat national infirmier, coupable selon les responsables ordinaux, d’avoir organisé une loterie – entre ses membres - à des fins de financements de la lutte contre le dit ordre professionnel.
    Il est vrai que, benoîtement, nous avons essayé de récolter des fonds afin de financer les multiples frais relatifs à la multiplication (2012 à Paris pour injures, 2013 à Marseille pour diffamation) des procédures judiciaires de l’ordre infirmier contre notre syndicat et son secrétaire général, notre banque ne nous ayant pas prêté – sur notre bonne foi – comme l’a fait la BRED, banque de l’ordre infirmier et de plusieurs autres ordres professionnels, en 2008 et à hauteur de 19 000 000 euros, au seul bénéfice de l’ordre infirmier, aujourd’hui en faillite. Pour mémoire, l’ordre a aussi bénéficié, en 2008, d’une subvention de 1 500 000 d’euros des pouvoirs publics afin d’organiser ses premières élections, ayant recueilli à cette occasion une participation nationale inférieure à … 14%.

    On pourrait en sourire, mesdames et messieurs les députés, mesdames et messieurs les sénateurs, si dans le même temps, et par la plus pure des coïncidences à laquelle nous ne croyons bien évidemment pas, les sites @ Facebook du syndicat infirmier RESILIENCE et du collectif Lesinfirmières Encolère n’avaient – tout simplement – pas été supprimés, simultanément sans même un avertissement, le même vendredi 12 septembre 2014 à la même heure, là aussi pour un motif officiellement purement technique, nous obligeant à transformer ces deux sites qui fonctionnaient sans problème depuis 5 et 3 ans, en pages. Le fait que ces deux sites mettaient en avant une pétition nationale infirmière (au succès non attendu, elle approche tranquillement les 20 000 en moins de deux mois d’existence) visant à obtenir la signature du plus grand nombre pour demander l’abrogation de l’ordre infirmier, relève – là aussi – du « plus pur hasard », nous n’en doutons pas un seul instant.

    Aujourd’hui 30 septembre, mesdames et messieurs les représentants, élus nationaux, l’ordre infirmier dont vous connaissez les multiples avatars, n’a toujours pas publié ses comptes et bilans 2013. Ne pourrait-il donc pas honorer ses engagements financiers approuvés par le tribunal de commerce de Paris en décembre 2011, protocole obligeant l’ordre à rembourser pas moins de 1 500 000 euros par an à sa banque qui le soutient abusivement ?
    De même, il est obligé d’organiser un second premier tour, le 30 octobre prochain, puisque la bérézina électorale d’avril dernier ayant conduit l’ordre à constater une insuffisance de candidats et donc d’élus (parfois 0 ou 1) dans plus de 60 départements sur 101, l’a contraint – selon la Loi – à un regroupement interdépartemental que l’ordre justifie, sans honte aucune, par une mise à niveau du prochain regroupement régional géographique auquel vous aller procéder dans les mois à venir. Entêtement ordinal très coûteux et parfaitement inutile, sauf à contourner les textes, puisque monsieur Borniche, président de l’oni, ne pourra faire participer les adhérents inscrits depuis moins de 3 ans, même à jour de cotisation. Il est fort improbable que les infirmières adhérentes de gré ou de force et autorisées à voter, aient changé d’avis en moins de 4 mois …

    Avant le 21 décembre 2006, les infirmières étaient performantes et comme aujourd’hui, elles bénéficient d’un pourcentage d’estime dans la population que même les politiques nous envient. Il est vrai qu’il est difficile pour bon nombre d’entre vous, de tomber plus bas, tous partis confondus, compte tenu du contexte actuel. Depuis le 22 décembre 2006, lendemain de la publication de la loi inique et scélérate instaurant un ordre infirmier dans notre pays, les infirmières – aux dires de l’ordre infirmier - sont dangereuses, voire immorales, à la lecture de certaines questions écrites et adressées chaque semaine à madame la Ministre de la Santé, questions écrites dont nombre d’entre vous sont les auteurs et dont le contenu nous laisse parfois pantois. Nous nous demandons même, sans par ailleurs en douter, si ces questions ne font pas l’objet d’un simple copier-coller.

    Ainsi, dans le même esprit, l’ordre infirmier ne vient-il pas d’écrire dans un récent communiqué repris en boucle par la presse professionnelle, devenu moquerie nationale de par son contenu « Dans un communiqué diffusé ce vendredi 12 septembre, l’Ordre national des infirmiers « s’émeut » de ce drame, tout en regrettant « que très peu d’infirmiers titulaires de cet institut qui sont amenés à encadrer les étudiants n’aient effectué la démarche d’inscription à l’Ordre, qui est une revalidation des compétences »…
    La lecture de ces quelques mots est d’une affligeante et constante bêtise ordinale, vous en conviendrez car au-delà du drame survenu à Bordeaux où une étudiante infirmière s’est trompée de produit, provoquant par la même le décès d’un patient, le fait d’être adhérente et/ou cotisante à l’ordre infirmier n’aurait rien changé, la revalorisation des compétences professionnelles n’étant pas des prérogatives ordinales, heureusement. L’ordre doit se contenter de contrôler l’existence annuelle d’une formation professionnelle quelconque, formalité purement administrative et bureaucratique.

    Mesdames et messieurs les Parlementaires, beaucoup d’annonces, de droite et de gauche, ont été diffusées ces cinq dernières années sur le sujet, elles ont toutes en commun de ne pas avoir été suivies des faits. Nous comprenons fort bien, mais n’en avons que faire, des réticences de la part des autres ordres professionnels à voir l’un des leurs disparaître de par la volonté des infirmières qui, depuis 2006, continuent courageusement à exercer dans l’illégalité et la précarité juridique, consécutives aux hésitations politiques et aux renoncements.

    Mesdames et messieurs les Elus de la Nation, du peuple infirmier au nombre de 600 000, les gouvernements passent, parfois trépassent, mais – nous – sommes encore et toujours présents – infirmiers et citoyens – à vous demander de respecter la parole électorale donnée. Rien ne nous fera taire et encore moins changer d’avis, nous continuerons, sans cesse, à vous interpeller afin que l’abrogation de cet ordre professionnel infirmier soit publiée au Journal Officiel de la République.

    Dans l’attente de votre réponse et de votre soutien, nous vous adressons, mesdames et messieurs les sénateurs et députés, nos salutations infirmières respectueuses et plus que jamais, déterminées


    Hugues Dechilly,
    secrétaire général de RESILIENCE,
    infirmier diplômé d’Etat en exercice illégal.



    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.






    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais
    avatar
    infirmiermasqué

    Messages : 1896
    Date d'inscription : 18/07/2010

    RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires. Empty Re: RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires.

    Message par infirmiermasqué le Jeu 2 Oct 2014 - 7:33

    Attendons les réponses de nos chers élus.
    seringatomik
    seringatomik
    Admin

    Lion Messages : 17808
    Date d'inscription : 25/04/2010
    Age : 57
    Localisation : alsace

    RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires. Empty Re: RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires.

    Message par seringatomik le Sam 4 Oct 2014 - 7:17

    infirmiermasqué a écrit:Attendons les réponses de nos chers élus.

    vu qu'ils sont déjà en 2017, les réponses 2014 faut pas trop compter dessus ...


    _________________


    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur », Beaumarchais

    Contenu sponsorisé

    RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires. Empty Re: RESILIENCE, convoqué au TGI de Paris, écrit aux Parlementaires.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Aoû 2019 - 13:23